Confinement : la MSA propose une aide Covid-19 aux exploitants agricoles qui se retrouvent avec des enfants à garder

Comment gérer une exploitation agricole tout en gardant ses jeunes enfants, en cette période de confinement ? La MSA, la Mutualité Sociale Agricole propose une solution aux exploitants d'Ille-et-Vilaine, du Finistère et des Côtes d'Armor. Une aide Covid-19 pour financer un remplacement.

Arnaud Toublanc et Anne-Marie Renais sont producteurs de lait dans les Côtes d'Armor, et les heureux parents d'Alice et Noë.
Arnaud Toublanc et Anne-Marie Renais sont producteurs de lait dans les Côtes d'Armor, et les heureux parents d'Alice et Noë. © C. Bazille / France Télévisions

Atelier château de sable, ce mardi au GAEC Mauny, à Saint-Alban dans les Côtes d'Armor. Anne-Marie et Arnaud, les exploitants font une pause avec leurs deux enfants. "On voit leurs évolutions, on partage du temps avec eux, c'est vrai que c'est très différent de d'habitude" reconnaît Anne-Marie Renais.

D'habitude, Noë, 27 mois, va à la crèche. Du haut de ses 11 mois, Alice, elle, reste à la maison. Mais le coronavirus a quelque peu chambouler cette organisation. L'accès aux crèches étant en ce moment limité. 

"Les crèches sont ouvertes mais seulement pour les professions prioritaires ; le monde agricole n'en fait pas partie, précise Arnaud Toublanc. Les enfants, ça demande du temps mais il faut que l'entreprise tourne aussi."

Gagnant-gagnant

En cette période de confinement, la Mutualité Sociale Agricole, propose une solution aux adhérents des départements d'Ille-et-Vilaine, du Finistère et des Côtes d'Armor : une aide "Covid-19" pour financer un remplacement sur l'exploitation. "Le but est de permettre aux exploitants d'assurer leur travail sur l'exploitation, tout en gérant l'école à la maison ou la garde des enfants" explique Sylvie Le Clec'h-Ropers, directrice service de remplacement Sdaec-Terralliance.
 

 

A raison de 112 euros par jour, Anne-Marie et Arnaud peuvent ainsi se payer les services d'un remplaçant, Damien, qui est arrivé à 7h30 ce matin-là. "On a commencé par traire les vaches. On a ensuite donné le lait aux veaux, pour les rations aux génisses et aux vaches."

Elève en BTS au lycée agricole de la Ville-Davy, à Quessoy, Damien considère qu'il est aussi gagnant : "Ca fait de l'expérience en plus. Et puis je découvre d'autres façons de travailler, c'est intéressant..." poursuit le jeune homme qui souhaiterait plus tard s'installer.

"Tout exploitant agricole peut prétendre à cette aide. Il doit avant tout formuler sa demande aurprès de la MSA.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie confinement santé société covid-19