Drame de Saint-Jacut. "L'important est d'éviter le suraccident" : comment mettre en sécurité une victime sur la chaussée

Publié le

Dans la nuit du vendredi 2 septembre, les pompiers ont heurté un homme qu'ils venaient secourir à Saint-Jacut-de-la-Mer (Côtes-d'Armor). La victime, alors en partie allongée sur la chaussée, est décédée. Un suraccident qu'il faut chercher à éviter en mettant en sécurité la victime, sans forcément la déplacer. Explications.

C'est un accident peu ordinaire, qui a fait couler beaucoup d'encre à Saint-Jacut-de-la-Mer.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure du matin, un homme a été percuté par un camion de pompiers, alors que celui-ci se rendait sur place pour le secourir. Les pompiers n'ont pas vu la victime, alors allongée sur le sol. Elle est déclarée morte, quelques instants plus tard. 

De nombreuses questions encore en suspens

L'homme, âgé d'une quarantaine d'années et probablement alcoolisé, avait passé la soirée dans deux bars de la commune. Était-il encore vivant avant l'arrivée des pompiers ou a-t-il succombé au choc du camion ? Une enquête est en cours pour déterminer la cause du décès.

Cet accident soulève bien d'autres questions sur la commune : que s'est-il passé ce soir-là et comment cela a-t-il pu se produire ?

"L'axe routier est un danger imminent. L'important est toujours d'éviter le suraccident", appuie Maxime Poutriquet, directeur de la ligue de Bretagne de la Fédération française de sauvetage et de secourisme, qui rappelle les gestes à adopter. À commencer, par protéger la victime

Rester près de la victime

"La première chose à faire est de mettre la personne en sécurité en la dégageant du lieu du danger." Quid de la consigne de ne pas déplacer la victime ? "Le vital prime sur le lésionnel", répond Maxime Poutriquet, précisant qu'un appel au 15 peut aider les témoins dans leur démarche.

Si la personne en détresse ne peut être déplacée avant l'arrivée des secours, il reste toujours des réflexes à adopter. Surtout de nuit.

"Le gilet de haute visibilité et le triangle de secours peuvent être sortis si une voiture est à proximité. Sinon, éclairer les lieux. Aujourd'hui, tout le monde a un téléphone portable qu'il peut utiliser comme lampe torche", suggère le directeur de la ligue de Bretagne.

Outre la mise en sécurité, le secouriste rappelle que la surveillance de la victime a son importance, ne serait-ce que pour aiguiller les secours une fois sur place. "Secourir, c'est aussi surveiller."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité