VIDEO. Incendie en Gironde. "On a tous le même amour pour les animaux." Les ourses du zoo d’Arcachon réfugiées en Bretagne sont rentrées chez elles

Publié le Mis à jour le

Le 18 juillet, face aux flammes qui se rapprochaient et aux fumées qui noircissaient l’air, le Zoo d’Arcachon a décidé d’évacuer une partie des animaux du parc. Sur les 850 individus, 370 ont trouvé refuge dans 22 zoos de France. Le danger est maintenant écarté, le parc rouvre ses portes le 6 aout, les soigneurs ont donc entrepris un tour de France pour récupérer leurs animaux.

"Oui, ma fille, oui, c'est bien , c'est super…"

La dernière fois que Charlie Douillac, soigneuse du Zoo d’Arcachon a aperçu Dara et Lanaïni,  c’était au milieu des fumées, dans la panique de l’évacuation du zoo d’Arcachon. Les flammes se rapprochaient. Il fallait partir, vite. 


370 animaux ont été évacués en moins de 8 heures. "On ne savait pas de combien de temps on disposait, on a fait des équipes, on arrivait dans les cages ou dans les enclos, on endormait, on mettait en cage et on partait vers une autre cage. C’était terrible, "se souvient la jeune femme.

durée de la vidéo: 02 min 10
Les ourses du zoo d’Arcachon réfugiées en Bretagne sont rentrées chez elles ©FTV

Les animaux les plus fragiles, les plus âgés, les plus sensibles aux fumées ont été les premiers à partir. Le zoo d’Arcachon avait lancé un appel à l’aide à tous les parcs de France. Le zoo de Trégomeur qui possédait déjà deux ours malais a immédiatement proposé d’accueillir Dara et Lanaïni, deux sœurs ourses.

Les deux "pépettes" sont arrivées le 20 juillet en Bretagne. "Nous ne les connaissions pas, mais nous avons essayé d’entrer en contact avec leurs soigneurs pour savoir ce qu’elles aimaient, ce qu’elles n’aimaient pas", explique Mélanie Bourdu, la cheffe soigneuse de Trégomeur. " On pensait qu’elles arriveraient hyper stressées, elles ont fait le voyage avec un lion, un tigre, mais en fait, elles sont tranquilles, très gourmandes, c’est bien parti" racontait-elle au moment de leur arrivée.

Et à l’heure du départ des deux plantigrades, elle avoue un petit pincement au cœur. "On s’est habitués à elles. Elles sont tellement cocottes, et puis comme tous les animaux qui arrivent ici, tout de suite, on leur donne tout notre amour pour qu’elles se sentent bien, comme tout soigneur de n’importe quel parc. Du coup, on est un peu tristes de les voir partir mais en même temps, je suis plutôt soulagée pour elles parce qu’elles vont retrouver leur environnement, leurs marques dans leur maison, et puis, surtout, elles vont retrouver leurs soigneurs."

Un élan de solidarité extraordinaire

Charlie Douillac en aurait presque les larmes aux yeux. Revoir ses ourses et découvrir cette solidarité.; "tout le monde s’est occupé de nos animaux comme si c’était les leurs, c’était formidable. Ca fait chaud au cœur que la solidarité existe encore et que l’on puisse compter les uns sur les autres.

Pendant 15 jours, les deux ourses ont trouvé refuge au zoo de Trégomeur, régulièrement, les soigneurs prenaient des photos, des vidéos des pépettes pour envoyer des nouvelles à leurs collègues girondins. "Ça devait être terrible pour eux, de ne pas les voir, ne pas savoir exactement comment elles allaient, comment elles se comportaient, souligne Mélanie, j’ai beaucoup pensé à eux. "

"Je n'avais jamais vu un tel élan, s'étonne encore Solenn Marzin, la directrice du Zoo de Trégomeur,  les zoos, les transporteurs, les vétérinaires, tout le monde s'est mobilisé pour aider le parc d'Arcachon et secourir les animaux, c'était incroyable. "

Une espèce en danger

Mais à l’heure de quitter la Bretagne, les deux ourses semblent hésiter. Cindy Braud, la vétérinaire est venue spécialement de Nantes pour le transfert des ourses. 
Dans le monde, il resterait moins de 10 000 ours malais. Les forêts où ils vivent en Malaisie, en Inde ou Birmanie sont détruites par l’homme et  l’espèce est braconnée notamment pour récupérer la bile et certains organes auxquels la médecine chinoise attribue de nombreux pouvoirs. 
Aujourd’hui, les ours malais sont menacés d’extinction et classés Vulnérables sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Un départ animé

"On va essayer de les faire rentrer volontairement dans les cages de transport", détaille Cindy Braud. Quelques noix, des croquettes, des raisins secs et un bâton couvert de miel aident parfois au "volontairement," mais là, les filles ne sont pas décidées. 

En Malaisie, les ours malais sont appelés Ours à miel. Ils en raffolent. Rudy Couturier, le gérant du Zoo d’Arcachon fait tomber de grandes lampées au-dessus de la cage mais les pépettes sont malines. Dara s’avance de quelques centimètres à peine dans la cage et attrape de sa longue patte les petites douceurs et les brins de paille où le miel est tombé, mais elle les ramène aussitôt à elle. 

Après de longues minutes de négociation avec l’animal, Cindy Braud doit se résoudre à l’anesthésie. "On va mettre la plus petite dose, juste de quoi les endormir le temps de les mettre dans les cages pour qu'il y ait le moins de conséquences anesthésiques", précise-t-elle. 

Mais les ourses connaissent le fusil et les effets des anesthésiants. La partie de cache-cache commence. Dara et Laïnani se mettent à s’agiter dans tous les sens. Le jeu s’achève très vite quand les têtes commencent à dodeliner. Le marchand de sable est passé. 

Les ourses sont aussitôt installées dans les cages. Quelques instants plus tard, le temps de se réveiller, elles sont chargées dans le camion, prêtes à partir. 

L’heure des adieux 

Le Zoo d’Arcachon rouvre samedi, il n’y a pas une seconde à perdre. 

"Elles vont nous manquer,  sourit Solenn Marzin, la directrice Zoo de Trégomeur, nous sommes heureux de les avoir rencontrées et fiers d’avoir participé à cette opération de sauvetage. C’est beau et c’est rassurant pour tout le monde. On sait que si on a un coup dur, les autres zoos sont là, on vit tous la même passion, on a tous le même amour pour les animaux. "

En agitant le bras pour dire au revoir, les soigneurs de Trégomeur se disent déjà qu’un jour, ils iront à Arcachon revoir les deux ourses. 

Et d’ici là, Teddy et Malaka, les deux ours du zoo sont là, avec leurs jolies bouilles. Ils vont sans doute avoir double dose d’amour et d’attention dans les jours qui viennent…