La gendarmerie saisit du matériel son dans la nuit, une rave party empêchée dans les Côtes-d'Armor

Malgré les interdictions préfectorales, une rave, avec des centaines de participants a tenté de s'installer au Haut-Corlay, dans les Côtes-d'Armor ce vendredi soir. Lors de la saisie du  matériel son, des gendarmes ont été légèrement blessés. 200 participants étaient toujours sur le site ce samedi.

Le site de la rave du 1er mai, au Haut-Corlay, dans les Côtes d'Armor
Le site de la rave du 1er mai, au Haut-Corlay, dans les Côtes d'Armor © Thomas Paga - France Télévisions

Ce samedi après-midi ils étaient toujours près de 200 teufers à danser sous la pluie sur la commune du Haut-Corlay, au son de leurs auto-radios. Les forces de l'ordre maintenant sur place un cordon de surveillance.
 

Rassemblements interdits

Malgré les arrêtés d'interdiction préfectoraux pris ce vendredi de "tout regroupement festif à caractère musical ainsi que le transport du son" (...) "compte tenu des risques sanitaires importants et de troubles à l’ordre public encourus", des centaines de raveurs, entre 500 et 800 ont bien tenté de s'installer pour faire la fête dans les Côtes-d'Armor ce vendredi soir à partir de 19h
 


Plus de 500 participants avant minuit

Les participants venant de toute la France se sont d'abord rassemblés à Saint-Brieuc. Après un jeu du chat et de la souris avec les gendarmes, ils ont établi la rave dans la soirée dans un champ sur la commune du Haut-Corlay. "Grâce à la mobilisation des forces de police et de gendarmerie, le lieu d’implantation a pu être identifié avant une pleine prise possession du site par les participants", indique la préfecture, qui précise que plus de 500 raveurs étaient sur site un peu avant minuit.
 

La commune du Haut-Corlay, dans les Côtes d'Armor
La commune du Haut-Corlay, dans les Côtes d'Armor © Google Maps


Saisie du matériel son vers 1h du matin

"Afin de prévenir de nouvelles arrivées", les gendarmes sont intervenus vers 1h du matin pour saisir le matériel son de cette rave-party. Cinq d'entre eux ont été blessés légèrement lors de cette saisie. Ils ont été transportés à l'hôpital. La gendarmerie a pu relever plus de 1.000 infractions Covid (non respect du couvre-feu et des 10 km), 42 infractions liées aux stupéfiants et neuf pour conduite en état d'ivresse, selon un bilan transmis dimanche soir par la préfecture. Aucune interpellation n'a eu lieu.

Contacté par l'AFP, le maire de la commune de 600 habitants, Jean-Pierre Le Bihan, a indiqué que "l'on n'entendait plus de son" ce samedi matin. Mais ils étaient encore près de 200 sur le site dans la matinée de samedi.
 

Mobilisation des forces de l'ordre

La préfecture rappelle que les rassemblements festifs à caractère musical sont interdits dans les Côtes-d'Armor jusqu'à lundi. "Police et gendarmerie (sont) mobilisées tout le week-end pour assurer le maintien de l'ordre public et le respect de ces dispositions", indique la préfecture sur twitter.

Des autorités qui ne souhaitent pas que se répète la rave-party géante du Nouvel An, à Lieuron, en Ille-et-Vilaine, qui avait défrayé la chronique avec environ 2 500 participants.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a réagi sur le réseau social Twitter pour appeler à la vigilance tout au long de ce wek-end.

"Il n'y a plus personne sur place dimanche en fin de matinée", a indiqué la gendarmerie, quelques heures après le départ des derniers fêtards qui avaient décidé de dormir sur le site. Près de 240 gendarmes ont été mobilisés tout le week-end sur ce terrain. 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique sécurité société covid-19 santé