Free Party de Lieuron : le son coupé, les teufeurs s'en vont, les lieux évacués

Les forces de l'ordre évacuent le site actuellement. Les sound systems ont été coupés ce samedi matin vers 5h30. Depuis, les participants à cette fête illégale commencée depuis jeudi 31 décembre, quittent les lieux, tous contrôlés et verbalisés. Environ 350 personnes restaient encore sur place.

L'évacuation du site
L'évacuation du site © Benoît Le Vaillant - France Télévisions

Les forces de l'ordre, soient plus d'une centaine de militaires du Psig, le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie, sont ainsi arrivées en nombre alors que la free party se terminait ce samedi matin. Elles procédent avec autorité à l'évacuation du site de Lieuron, au sud de Rennes, qui depuis jeudi a accueilli près de 2500 teufers à cette fête clandestine. Elles recherchent notamment le matériel de son, pour l'intercepter. Des barrages policiers sont aussi en cours dans le département.

L'évacuation du site de la free party
L'évacuation du site de la free party © Benoît Le Vaillant - France Télévisions

 


Le Préfet d'Ille-et-Vilaine Emmanuel Berthier a indiqué en cette fin de matinée, lors d'une conférence de presse, que beaucoup plus de 1200 verbalisations ont été dressées ce samedi. 400 personnes étaient toujours contrôlées, et 800 infractions "Covid" constatées, pour participation à un rassemblement interdit, pour non-respect du couvre-feu et non port du masque. Plus d'une centaine d'autres amendes ont été infligées pour usage de stupéfiant.

Des procédures judiciaires ont été ouvertes pour des faits graves a encore rappelé le Préfet, pour violence agravée, pour organisation illicite de soirée festive et enfin pour non respect du couvre-feu. Des procédures sont actuellement en cours à l'encontre des organisateurs de la manifestation.
 

Rave Party de Lieuron : la conférence de presse du Préfet

Une multitude de verbalisations et de garde à vue sont donc en cours. Du matériel son a été saisi. les interpellations et les saisies vont se poursuivre toute la journée a encore indiqué Emmanuel Berthier.
 

L'évacuation de la rave party de Lieuron ce 2 janvier 2021


Une fin de rave dans le calme

Plus tôt ce samedi matin, les teufers quittaient les lieux petit à petit, alors que le son avait été arrêté vers 5h30. Il restait encore 300 à 400 teufeurs environ sur place à ce moment-là. Ils étaient tous systématiquement contrôlés et verbalisés par les forces de l'ordre en partant. Des contrôles d'alcoolémie et de stupéfiant. Il n'y avait alors plus ni tension, ni violence et les départs se déroulaient dans le calme.

Contrôle systématique des teufers quittant les lieux
Contrôle systématique des teufers quittant les lieux © Benoît Le Vaillant - France Télévisions
Les fêtards quittent les lieux peu à peu, contrôlés et verbalisés par la gendarmerie
Les fêtards quittent les lieux peu à peu, contrôlés et verbalisés par la gendarmerie © Benoît Le Vaillant - France Télévisions

 

 

Des affrontements et un véhicule de la gendarmerie incendié

Cette rave-party lancée jeudi 31 décembre a donc rassemblé jusqu'à 2500 fêtards pour fêter le Nouvel An. "Il n'y a pas eu d'intervention des forces de l'ordre", a souligné la préfecture d'Ille-et-Vilaine. Jeudi soir, les gendarmes avaient tenté en vain "d'empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs", expliquait-elle  alors vendredi. Lors de ces affrontements "un véhicule de la gendarmerie avait été incendié, trois autres dégradés et les militaires avaient essuyé des jets de bouteilles et de pierres,  occasionnant des blessures légères".


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait convoqué vendredi soir à Beauvau une réunion sur cette rave avec le préfet et des membres du cabinet. "Je travaille avec eux cette nuit au rétablissement d'une situation normale en permettant au maximum l'intégrité physique de tous", avait-il écrit sur son compte Twitter.
  

les gendarmes du Psig sur le site de la rave party
les gendarmes du Psig sur le site de la rave party © Benoît Le Vaillant - France Télévisions

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers