À Pluzunet, le festival Décibel feuilles s'engage pour replanter les haies bocagères

L’association Décibel feuilles organisait son premier festival à Pluzunet, ce samedi 15 juin. Les fonds récoltés par l'événement, qui mettait à l'honneur Marcel et son orchestre en tête d'affiche, permettront de replanter des arbres dans le Trégor.

Le festival Décibel feuilles a fait bouger Pluzunet ce 15 juin ! "On a que des bons retours des festivaliers, sourit Nicolas Petibon. Niveau financier, on a accueilli un peu moins de monde qu'on estimait, mais c'était une superbe première édition !"

Pour la première édition, 1 500 personnes se sont déplacées entre Lannion et Guingamp pour participer à cet événement qui sent bon la chlorophylle : il est porté par une association qui sensibilise depuis des années petits et grands à replanter des arbres, comme l’ont fait cet hiver les écoliers de la commune sur ce talus.

"Quand on voit tout ce qu'il se passe sur la planète aujourd'hui, c'est important de faire prendre conscience aux gens que replanter des arbres est quelque chose d'important pour les prochaines générations," confie Nicolas Petibon.

C'est pour ça que l'association est née, pour montrer qu'on peut faire plaisir aux gens et agir sur la biodiversité autour de nous.

Nicolas Petibon

organisateur du festival Décibel feuilles

Planter 4,4 hectares

Pour défendre une écologie à hauteur d’homme, basée sur le bon sens et l’adhésion, Nicolas Petitbon rêvait depuis longtemps d’organiser un festival. Avant même l’ouverture des portes, l’émotion était déjà là parmi les bénévoles. "Écologie, ça doit aussi rimer avec festivités, estime Elsa, l'une d'entre eux. Quand on voit ça, on ne peut que se rallier à la cause des arbres."

Tête d’affiche de ce premier festival, le groupe Marcel et son orchestre a été séduit par la démarche des organisateurs. "C’est une initiative citoyenne, c'est indépendant, c'est une association. Tout ça, quand on l'additionne, je trouve que ça a du sens, considère Franck Vandecasteele, le chanteur du groupe boulonnais. Il y a de plus en plus d'OPA sur les festivals de multinationales qui veulent tout rafler. Donc, il faut soutenir les poches de résistance," sourit-il.

Le festival a déjà estimé son impact carbone et entend largement le compenser dans les mois à venir. "Là, on a 4,4 hectares qu'on a prévu de planter fin 2024 et début 2025, souligne Nicolas Petitbon. Et c'est une première goutte. Deux plantations viendront par la suite."

Ce projet alléchant, planter des arbres pour fédérer et faire la fête, est déjà en passe de séduire plusieurs communes voisines.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité