Grippe aviaire. Mise à l'abri des volailles obligatoire dans certains secteurs des Côtes d'Armor

Suite à la découverte de cadavres d'oiseaux contaminés par la grippe aviaire dans les Côtes d'Armor, la préfecture appelle à la vigilance et oblige au confinement des volailles sur deux zones. Une partie du littoral et le sud du département.

La préfecture des Côtes d'Armor lance un appel à la vigilance suite à la découverte de plusieurs cas de grippe aviaire sur des fous de Bassan et des goélands argentés sur une partie du littoral et au sud du département.

Le virus a été trouvé le 8 juillet sur un fou de Bassan à Trélévern, à quelques kilomètres de Perros-Guirec. Cinq jours plus tard, des cadavres de goélands argentés infectés ont été découverts dans le même secteur, à Loudéac.

Confinement des volailles obligatoire

"Deux zones temporaires de contrôle ont donc été mises en place par arrêtés préfectoraux. La mise à l’abri des volailles y est obligatoire pour les éleveurs professionnels et les particuliers détenteurs de basse-cour", précise le communiqué de la préfecture. 

Il s'agit au Nord du département des communes de Kerbors, Lanmodez, Pleubian, Plouguiel, Plougrescant, Trélévern, Penvénan, Kermaria-Sulard, Trévou-Tréguignec et Louannec. Les mouvements de volailles et d'oiseaux y sont contraints par un arrêté préfectoral.

Au Sud, c'est le secteur de Loudéac qui est visé avec les communes de Loudéac, Trévé, Hémonstoir, Saint-Barnabé et Saint-Maudan.

Signaler les cas suspects 

Les autorités sanitaires invitent à signaler toute découverte d'oiseaux morts ou malades à l’Office français de la biodiversité a cette adresse mail sd22@ofb.gouv.fr.

"Il est rappelé que les cadavres d’oiseaux ne doivent pas être manipulés. Il est recommandé à tous, au retour d’une promenade sur la côte ou en forêt, de se changer, y compris les chaussures et de se laver avant de retourner au contact des oiseaux domestiques", recommande la préfecture.

L’accès dans les établissements détenant des oiseaux est interdit à toute personne ayant pu avoir des contacts avec l'avifaune sauvage.

Cependant, les produits alimentaires issus de la volaille ne présentent aucun risque à la consommation.