Les salariés de Nokia bouclent 3.200 km à vélo jusqu'en Finlande sans quitter Lannion

Les salariés de Nokia, à Lannion, dans les Côtes d'Armor, restent mobilisés. Ils ont relevé, ce lundi, un nouveau défi : parcourir symboliquement la distance qui les sépare du siège social de l'entreprise en Finlande. A 12h30, les 3.200 km étaient bouclés.

Les salariés de Nokia se sont relayés ce matin à vélo pour relever ce défi des 3.200 km
Les salariés de Nokia se sont relayés ce matin à vélo pour relever ce défi des 3.200 km © Krystel Veillard/France Télévisions
3.200 km séparent Lannion d'Espoo, en Finlande, là où se trouve le siège de Nokia. C'est cette distance que les salariés du site costarmoricain de Nokia ont décidé de parcourir symboliquement ce lundi, à vélo. Sous forme de boucles de 3 km. Le départ de cette manifestation a été donné à 10 h et une centaine de participants se sont ainsi relayés. A 12 h 30, défi relevé : les salariés affichent 3.200 km au compteur.


Une action pour "rester visibles"


Cette nouvelle action montre que la mobilisation ne faiblit pas, depuis l'annonce par Nokia de la suppression de 402 emplois sur son site de Lannion. Les salariés ont bien l'attention de le faire savoir au Pdg de la firme finlandaise puisque, une fois la distance parcourue, ils ont déposé un courrier sur le réseau social interne de l'entreprise "dans lequel on met en évidence les compétences de Lannion" explique Bernard Trémulot, représentant CFDT :
durée de la vidéo: 00 min 29
Interview Bernard Trémulot, CFDT Nokia Lannion

La manifestation de ce lundi vise aussi à "maintenir visible" le combat des salariés contre cette saignée opérée par Nokia. "On veut que le dossier Nokia reste en haut de la pile" dit encore Bernard Trémulot :
 
durée de la vidéo: 00 min 26
Interview Bernard Trémulot, CFDT Nokia Lannion

C'est au total 1233 emplois que Nokia supprime sur ces unités françaises de Lannion et Nozay, dans l'Essonne. Le site costarmoricain va perdre plus de la moitié de son effectif. Un énième coup de massue pour les salariés qui, depuis 2016, ont été confrontés à quatre plans sociaux.








 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie