Pédophilie dans l'Église : un ancien prêtre, ayant exercé en camps de vacances dans les Côtes-d'Armor, devant les Assises

Le procès d'Olivier De Scitivaux s'est ouvert ce mardi 21 mai 2024 devant la cour d'assises du Loiret. L'ancien prêtre est accusé d'agressions sexuelles et de viols sur mineurs dans les années 90, notamment lors de camps de vacances dans les Côtes-d'Armor.

Olivier De Scitivaux, accusé de pédophilie, comparait devant la justice depuis ce mardi matin à Orléans. Le procès, très attendu, doit établir la culpabilité de l'ancien prêtre de 64 ans dans des affaires de viols et d'agressions sexuelles sur des mineurs entre 1990 et 2002.

Les faits se seraient notamment produits au sein de la chorale de Saint-Paterne à Orléans et dans des camps de vacances à Perros-Guirec, dans les Côtes-d'Armor.

Les victimes présumées sont quatre garçons, âgés entre 8 et 10 ans à l'époque.

Un signalement par l'évêque d'Orléans

L'affaire avait été soulevée en 2018 par l'évêque d'Orléans Jacques Blaquart. Il avait été contacté coup sur coup par deux hommes indiquant avoir été victimes d'Olivier De Scivitaux, alors recteur de la basilique de Cléry-Saint-André (Loiret).

Le premier, qui avait pris contact via la cellule d'écoute des victimes mise en place par le diocèse en 2016, évoquait des attachements dans les années 80 en camp jeunes. Tandis que le second accusait le prêtre d'agression sexuelle et de viol au milieu des années 90.

Face à ces graves accusations, l'évêque Jacques Blanquart avait alors décidé de saisir la Procureure de la République d'Orléans et avait démis de ses fonctions le père Olivier de Scivitaux.

"Pour être en contact depuis plusieurs années avec des victimes, je mesure le poids de la souffrance accumulée pendant des décennies. Ce sont des vies brisées, en morceaux. Les conséquences sont graves, je suis déterminé à ce que la vérité éclate" déclarait en 2018 Mgr Blaquart, interrogé à l'époque par France 3 Centre Val-de-Loire.

Le prêtre déjà écroué

Lors de sa garde à vue en avril 2018, Olivier De Scivitaux avait d'abord nié l'intégralité des faits. Avant de reconnaître des attouchements sur une victime, lorsqu'il était confronté au juge d'instruction. Il avait alors été placé sous contrôle judiciaire.

Des cassettes de films pornographiques "mettant en scène des jeunes hommes majeurs" avaient été découvertes lors des perquisitions au presbytère de Cléry.

Après une nouvelle accusation de viol sur un mineur de moins de 15 ans entre 1992 et 1998, l'ancien prêtre est à nouveau mis en examen, puis écroué. Il restera en détention provisoire jusqu'en mai 2019.

Jusqu'à 20 ans de prison

L'enquête sur les agressions sexuelles présumées d'Olivier De Scivitaux et le lancement d'un appel à témoins avaient permis d'identifier au total six victimes présumées entre le Loiret et la Bretagne, dont deux pour lesquelles les faits étaient prescrits.

Dans le cadre de son procès à la cour d'assises du Loiret, l'ancien prêtre de l'église Saint-Paterne d'Orléans risque jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle. Le verdict est attendu vendredi.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité