Langueux. Les sacs à galettes de Youenn se vendent comme des petits pains

Depuis vendredi dernier, la crêperie de Youenn, installée à Langueux dans les Côtes-d'Armor, propose des sacs en tissu, isothermes, adaptés à la forme des crêpes et galettes. Une démarche écologique qui a tout de suite trouvé son public.

Le sac à galettes "jamais sans mon sac'h"
Le sac à galettes "jamais sans mon sac'h" © Benoît Le Vaillant

Des sacs isothermes, en forme de demi-lune, qui permettent de transporter et conserver la chaleur des crêpes et des galettes. L'idée est toute bête, encore fallait-il y penser. Crêpier depuis 13 ans dans le centre-bourg de Langueux, Youenn s’en est chargé.

Une action écologique

"A la base, c’est une action écologique. Je voulais dire stop au papier, explique Youenn. Je gaspille 1,5 tonnes de papier d’emballage chaque année. J’ai d’abord pensé  à des solutions en plastique ou en verre, mais c’était compliqué. Et puis un jour, j’ai vu une cliente assez âgée qui mettait ses crêpes dans un tissu. Et ça a fait tilt. Il fallait simplement revenir à la base, celle de nos grand-parents".

Publiée par La Crêperie de Youenn sur Jeudi 15 avril 2021

Joli, pratique, écolo

Une copine de Youenn, Floriane Duhamel, designeuse briochine, s’empare de la forme du futur sac : en demi-lune, facile à transporter avec sa petite poignée et avec une possibilité de créer deux compartiments pouvant contenir chacun au moins une douzaine de crêpes et une douzaine de galettes, sans mélanger les odeurs ni les goûts.
Pour le reste, le sac est lavable à froid d’un coup d’éponge, réutilisable des centaines de fois et assure une meilleure conservation avec sa couche isotherme.  

Un succès immédiat

Les sacs de Youenn sont en vente dans sa crêperie à Langueux depuis le 16 avril. Le succès est fulgurant. Rien que dans sa boutique, Youenn en a écoulé 260 en quatre jours.

"C’est pratique, c’est écologique, car le papier ça génère plein de déchets. On peut l’emmener partout, sur la plage, au parc, chez les amis", raconte Karine, une cliente et mère de famille de Saint-Brieuc. "En plus, je trouve que c’est important de soutenir les associations d’handicapés", ajoute Germaine, une retraitée d’Yffiniac.

En effet, sur chacun de ces sacs, vendus 6 euros, 2 euros sont reversés à l’APAJH, une association pour adultes et jeunes handicapés.


Des ventes qui dépassent la Bretagne

Les ventes dépassent tellement les espérances que Youenn va déposer un modèle, "Jamais sans mon sac'h". Les clients sont avant tout des gens de la région. Mais les expatriés bretons réclament aussi leur part de la galette. Du coup, Youenn s’est mué en messager car il a des commandes qui viennent de toute la France, voire plus loin.

"Là c’est un paquet qui va partir pour Boulogne-Billancourt, confie-t-il en emballant ses sacs à galettes avant de les porter à un point-relais. Mais j’ai aussi des commandes qui viennent de Normandie, de Nice, de Belgique, de Suisse".

Un site de vente en ligne "Jamais sans mon sac'h" a même été créé. Ce sac à galettes, qui ne rapporte pas d'argent à Youenn, pourrait se retrouver dans le monde entier.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement économie