Breton affirmé, Patrick Le Lay est mort

Patrick Lelay était un fervent défenseur de la culture bretonne. Ici, lors d'un match du Stade Rennais en 2010, dont il fut président deux ans / © AFP - D. Meyer
Patrick Lelay était un fervent défenseur de la culture bretonne. Ici, lors d'un match du Stade Rennais en 2010, dont il fut président deux ans / © AFP - D. Meyer

Né à Saint-Brieuc, l'homme de télévision et chef d'entreprise Patrick Le Lay est décédé. Celui qui a été à la tête de TF1, toute puissante chaîne de télévision dans les années 90, a été un fervent défenseur de sa Bretagne natale. Il a présidé deux saisons durant le Stade Rennais.

Par Thierry Peigné


C'est par le biais d'un post Facebook de son fils, Laurent Eric Le Lay que nous avons appris la nouvelle. Il lui rend hommage ce mercredi 18 mars en fin d'après-midi.

"Le temps est venu de t’accompagner chez toi, en Bretagne, ta Bretagne. Le temps est venu de se recueillir, de pleurer et de te remercier pour tout ce que tu nous as apporté" écrit Laurent Eric Le Lay, actuel directeur des sports de France Télévisions.


Briochin d'origine


Patrick Le Lay était un amoureux inconditionnel de la Bretagne où il avait vu le jour le 7 juin 1942 à Saint-Brieuc. 

Fils d'un professeur de mathématiques normalien, il vit avec sa famille pendant la Seconde guerre mondiale à Plémet, dans les Côtes-d'Armor, où se réfugie la famille d'Abraham Drucker, père de Michel Drucker. C'est d'ailleurs le père de Patrick Le Lay, qui parlait parfaitement allemand, qui a sauvé la mère de Michel Drucker, enceinte de ce dernier, alors qu'elle se trouvait en 1942 sur le quai de la gare de Rennes. Alors qu'elle allait être arrêtée par la Gestapo, elle n'a dû son salut qu'au fait qu'il l'ait fait passer pour sa femme.

Patrick Le Lay étudiera au lycée Saint-Vincent de Rennes pour après suivre ses études à l'École spéciale des travaux publics puis au Centre des hautes études de la construction. Un bagage qui l'amènera dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. 

De là, il intégrera l'univers du géant du BTP, Bouygues. C'est au côté de Francis Bouygues, qu'il s'occupera de la privatisation de TF1. Une chaîne qu'il dirigera à coup de gros programmes commerciaux de 1988 à 2008.
 

Breton affirmé


De 2010 à 2012, Patrick Le Lay présidera au sort du Stade Rennais, nommé par l'homme d'affaires François Pinault propriétaire du club breton, en remplacement de Frédéric de Saint-Sernin.

Patrick Le Lay est à l'origine de la création de la chaîne régionale bretonne TV Breizh, filiale du groupe TF1, chaîne dont l'antenne sera alimentée au fur et à mesure, faute d'audience, par des séries américaines dont certaines doublées en breton.

En août 2005, dans le magazine Bretons, il accuse la France d'avoir organisé un génocide culturel (ethnocide) en Bretagne, et il affirme : "Je ne suis pas français, je suis breton. Je suis un étranger quand je suis en France". 
 

Son plus grand regret ?


Patrick Mahé, ancien rédacteur en chef du magazine Paris Match et président du festival du livre de Vannes, nous confiait ce soir, qu'il avait rencontré Patrick Le Lay il y a trois mois devant le siège de la maison d'édition Gallimard. Lors de leur bref échange, Patrick Le Lay lui avait confié que le plus grand regret de sa vie était de ne pas avoir réalisé un film sur Anne de Bretagne.


 

Sur le même sujet

Les + Lus