Tourisme en Bretagne : l'optimisme d'un hôtelier à Ploumanac'h pour juillet et août

La confiance est de retour pour certains hôteliers et restaurateurs. Après deux mois de mise à l'arrêt à cause de la crise du Covid-19, les réservations reprennent fort pour les mois de juillet et août. Les sites d'exceptions sont les premiers à repartir. Rencontre optimiste à Ploumanac'h.

Le port de Ploumanac'h, havre de paix au coeur du plus beau village de France 2015
Le port de Ploumanac'h, havre de paix au coeur du plus beau village de France 2015 © DR

La crise du coronavirus a bouleversé notre quotidien. Assignée à résidence, une France confinée rêve désormais d'horizon et de nature. 


Les côtes bretonnes prises d'assaut cet été


Sur le port de Ploumanac'h, l'optimisme remonte. François-Xavier Le Gaouyat est une figure sur la côte du Trégor. Le jeune hôtelier retrouve le sourire après des mois compliqués. Derrière les panneaux de plexi installés pour préserver la distanciation, le téléphone sonne et les mails arrivent de nouveau.

Entre 6 et 7 réservations sont faites par jour. Nous serons complet pour juillet et août. François-Xavier Le Gaouyat 

"Dès la levée des 100 kilomètres, nous avons senti que la confiance revenait chez les estivants. Avant cela, les demandes de réservations se portaient sur les mois de septembre et octobre. Depuis le 2 juin et l'annonce du déconfinement progressif, nous remplissons juillet et août. Ce début juin nous sommes déjà à 60% de remplissage pour l'été. Nous serons rapidement complets pour ces deux mois d'été ".

 

Un tourisme de proximité  


Coronavirus oblige, le public qui envisage des vacances en Bretagne n'est pas le touriste habituel.

À l'hôtel des rochers sur la Côte de granit rose, la clientèle allemande et d'Europe du nord laisse sa place à une clientèle française. "Cet été, le public vient de Bretagne, de la région parisienne et du grand quart ouest de la France. Des habitués, mais également beaucoup de nouveaux clients qui profitent de la période pour redécouvrir les côtes bretonnes".

Le profil des personnes réservant dès ce mois de juin : des familles et des personnes entre 60 et 80 ans. Que ce public âgé dit fragile face aux risques du Covid-19 n'hésite pas à venir en Bretagne est de bon augure pour la reprise de la saison. Le fait que la vague du coronavirus est épargnée la Bretagne n'y est pas pour rien.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Anaïs (@_a.n.a.i.s___) le

Tous recherchent calme et confort. La période du confinement a épuisé de nombreuses familles qui sont à la recherche d'une bouffée d'air. La Bretagne coche toutes les cases pour cet été. 

 

Les bords de mer favorisés


Le village de Ploumanac'h fait partie des sites d'exception en Bretagne. "Les hôtels très bien situés sont les premiers a bien redémarrer" précise François-Xavier Le Gaouyat. La côte de granit rose attire, mais actuellement l'organisation de travail n'est pas encore revenu à la normale. Les mesures de temps partiel pour une partie de l'équipe sont encore d'actualité.

Habituellement, le mois de juin affiche complet. Les touristes étrangers réservent de long séjours de six à sept jours mais "cette année le Covid a pénalisé le mois de juin, nous jonglons avec de courts séjours. Il faut se concentrer sur la suite." 

Les hôtels bénéficiant d'un cadre bord de mer sont les premiers à voir les carnets de réservation se remplir
Les hôtels bénéficiant d'un cadre bord de mer sont les premiers à voir les carnets de réservation se remplir © DR


Tous les hôtels et restaurants ne bénéficient pas d'un tel emplacement mais tous sont en droit de profiter du plan de soutien. Edouard Philippe a annoncé un plan "sans précédent" de "18 milliards d'euros d'engagements" en soutien au secteur du tourisme, qui avec l'épidémie "fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne".

 

Les aides pour demain, les mesures barrières dès aujourd'hui


Deux revendications du secteur ont été partiellement entendues : 

Pour François-Xavier Le Gaouyat, les dossiers de demande d'aide sont en cours. Les mesures sanitaires sont quand à elles déjà mises en place pour la sécurité des estivants.

L'hygiène est de rigueur, des masques sont à disposition ainsi que du gel dans chacune des chambres de l'hôtel. Les femmes de chambre disposent d'une heure pour faire les chambres. "Nous avons doublé le temps de ménage afin de permettre un ménage plus poussé. Nous souhaitons rassurer notre public familial, pour leur permettre un séjour serein."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie littoral aménagement du territoire environnement déconfinement société