Une mère et sa fille tuées à Saint-Brieuc : la piste d'un acte prémédité

Le procureur de la République a révélé de nouveaux éléments dans le cadre du meurtre d'une mère et de sa fille à Saint-Brieuc. En raison de recherches suspectes de l'accusé sur son téléphone, la piste de l'acte prémédité est désormais envisagée.

Près de quinze jours après les faits, les circonstances du drame commencent à se préciser. Pour rappel, le 22 janvier 2023, des coups de feu sont entendus dans le quartier Waron, à Saint-Brieuc.

Lorsque la police arrive sur place, elle découvre le corps d'Éva, la fillette, de sa mère Angélique et du père de famille, qui se serait donné la mort après avoir tiré.

De nouveaux éléments apportés par la belle-mère

La belle-mère, également sur place, avait été gravement blessée et transportée à l'hôpital de Brest.

Dans un communiqué de presse, le procureur de la République de Saint-Brieuc, Nicolas Heitz, a apporté de nouveaux éléments de l'enquête.

À leur arrivée dans le quartier, les policiers ont commencé par sécuriser le périmètre. Par la fenêtre de l'appartement, ils constatent non seulement qu’une femme est blessée, mais encore "la présence de plusieurs corps inertes".

Avant de forcer la porte pour entrer, ils parlent brièvement avec la femme blessée, qui leur décrit la situation. 


La mère de la jeune femme, qui a donc assisté au drame, a pu être interrogée par les enquêteurs en fin de semaine dernière.

Elle leur a expliqué être venue aider le couple, en train de se séparer, à faire le ménage dans l'appartement. Et lorsque la dispute du couple a éclaté, elle s'est réfugiée dans la chambre avec sa petite fille.

Le couple en pleine séparation

Cela n'a pas suffi à la protéger de son gendre, qui lui a ensuite tiré dessus avant de viser sa fille.

Selon son témoignage, sa fille Angélique souhaitait quitter l'accusé, alors que ce dernier ne le voulait pas. La belle-mère a encore indiqué "qu'il ne s’était jamais montré violent physiquement contre sa fille qui n’avait pas spécialement peur de lui."

La victime étant toujours hospitalisée, le procureur de la République a informé qu'une nouvelle audition aurait lieu "lorsque son état le permettra, afin d'établir un déroulé plus précis des événements.".

Des recherches suspectes sur internet

Les enquêteurs ont également pu mener une investigation technique sur le téléphone de l'accusé.

Ce dernier a effectué "des recherches internet sur plusieurs sites de nature balistique", laissant supposer une préméditation de l'acte.

L'enquête va donc se poursuivre afin de déterminer avec plus de précision les circonstances exactes de ce drame.