VIDEO. L'île de Bréhat lance une opération pour lutter contre la prolifération des chats errants

Publié le
Écrit par QC avec Fabrice Leroy
Face à la proliférations des chats errants, l'île de Bréhat a décidé de réagir. La mairie lance une opération pour tenter de contrôler et de limiter le nombre de chats sur cette île emblématique des Côtes d'Armor. Mignons et adorables oui ! Mais aussi un véritable danger pour la biodiversité sur ce territoire insulaire. ©Fabrice Leroy - Benoit Levaillant

Face à la prolifération des chats errants, l'île de Bréhat a décidé de lancer une opération pour contrôler et limiter leur nombre sur cette île emblématique des Côtes d'Armor. Mignons et adorables oui ! Mais aussi un véritable danger pour la biodiversité sur ce territoire insulaire.

Ils sont certes mignons mais ils représentent aussi un véritable danger pour la biodiversité. Surtout sur un petit territoire insulaire. Les chats errants sont devenus un vrai problème sur l'île Bréhat dans les Côtes d'Armor. Ils sont de plus en plus nombreux et les effets de leur présence se font remarquer. "Il y a beaucoup d’espèce d’oiseaux qui sont décimés à cause des chats mais aussi des rongeurs, etc." ,nous explique Olivier Carré, Maire de Bréhat.

"Ils sont tous sauvages !"

Noelle Auffret, habitante de l'île

Au bout d'une ruelle, la ferme de Noelle Auffret est devenue l’un des repères de ces chats… un peu malgré elle ! La chatte qui se frotte à ses jambes ? Oui, c'est la sienne mais pour les autres (très) nombreux chats qui vivent autour de chez elle ? "Ils sont tous sauvages ! Ils viennent chez nous tranquillement car il y a le gite et le couvert !"

Comment faire pour remédier à cette prolifération ? "Il y a eu des expériences sur d’autres iles du Ponant pour réduire le nombre de chat. Si ça marche sur d’autres sites, ça peut marcher chez nous, espère le maire de Bréhat". Des opérations similaires ont aussi eu lieu sur le continent avec un certain succès

Campagne incitative

Tout d’abord la mairie demande aux Bréhatins de répertorier leurs chats. Une personne expérimentée vient sur l’ile pour compter les chats et "va séparer les chats domestiques qui appartiennent à quelqu’un et les chats errants".

Ensuite, des mesures incitatives sont mises en place avec des aides de 30 euros pour une identification par puce et tatouage et 50 euros pour une stérilisation de l’animal. Les aides sont accordées à condition de résider sur l’ile et de présenter une facture du vétérinaire attestant des opérations.

Une campagne similaire a été lancée l’année dernière sur les iles d’Ouessant, Molène et Sein avec succès. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité