Salles de sport. Le monde rural aussi veut "se bouger "

durée de la vidéo : 00h03mn27s
Les salles de sport se développent aussi en milieu rural ©P.-Y.Salique, J.Wild, L.Le Moigne, A.Forvieille, L.Bourgoin / FTV

On compte aujourd’hui les 4 750 salles de sport et de remise en forme en France. La plupart se trouvent dans les grandes villes, mais des structures ouvrent leurs portes dans des communes plus petites. Elles proposent des tarifs attractifs, une ambiance plus familiale. Des salles de sport municipales et associatives voient aussi le jour pour offrir au plus grand nombre la possibilité de bouger.

Entre 2015 et 2020, la fréquentation des salles de sport a grimpé en flèche. Plus 16 % d’abonnés. La période de la pandémie de Covid a été délicate pour toutes les structures qui ont dû fermer leurs portes et ont alors perdu 27% de leur chiffre d’affaires, mais elle a aussi donné envie aux gens de bouger. Plus de 6 millions de Français disposent aujourd’hui d’un abonnement. Les salles de sport sont toujours en plein essor.

Et c’est désormais dans les petites et moyennes communes que les nouvelles salles ouvrent leurs portes. Les habitants souhaitent, eux aussi, pédaler, ramer, soulever de la fonte, bouger, se muscler… et puis, reconnaît aisément, Olivier Beaudoin, gérant L'Orange Bleue à Gournay-en-Bray dans la Seine-Maritime, "le loyer ici est trois à quatre fois moins cher que dans une grande ville".

La salle peut donc offrir des tarifs plus avantageux à ses adhérents. 150 personnes se sont déjà inscrites. Elles viennent transpirer dans une ambiance plus chaleureuse que dans les gros centres urbains.

Des salles associatives

À Penvénan, dans les Côtes-d'Armor, c’est une salle associative qui accueille les adeptes des machines.

Le matériel a été acheté d’occasion, des bénévoles gèrent l’accueil du lieu ouvert 15 h par jour, comme dans les villes, pour 10 euros par mois.

La salle a donc très vite trouvé son public. Des retraités dans la journée, le doyen, Serge, a 90 ans et n’en revient toujours pas d’être devenu accro à la salle.

Le soir et le midi, des jeunes actifs qui trouvent ici autant de machines qu'en ville... mais beaucoup plus près ! "Entre le prix du carburant et le bilan carbone, c’est bien mieux d’être près des gens" explique Pierre Offret, le coach du club.

Chantal Ruppe est une habituée des lieux. "C’est un endroit convivial, où je me suis fait des amis", relate-t-elle. Tant et si bien qu’elle est maintenant obligée de venir plus tôt pour avoir le temps de discuter. On ne muscle pas que ses bras dans une salle de sport !

Ailleurs en France, à Charleville-Mézières, une salle municipale ouvre ses portes gratuitement pour que tous les habitants puissent se dépenser.  

( avec P.-Y.Salique )