• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Crise de l'élevage: industriels et distributeurs dans le viseur des députés

Elevage porcin / © France 3 Bretagne
Elevage porcin / © France 3 Bretagne

La mission d’information de l’Assemblée Nationale sur l’élevage réclame une « clarification » des relations commerciales entre producteurs, transformateurs et distributeurs, ainsi qu’un « recours immédiat aux aides européennes ».

Par Stéphane Grammont

Les députés ont constaté « des relations commerciales très difficiles, avec accaparement de la valeur par les industriels et surtout les distributeurs, réunis en quatre centrales d'achat qui s'adjugent 90% du marché » résume Damien Abad (LR, Ain), qui préside cette mission d'information sur l'avenir des filières d'élevage.

Deux députés bretons sont co-rapporteurs de cette mission d’information de l’Assemblée Nationale sur l’élevage, en grave crise depuis plus d’un an.

Face à ces mastodontes, les parlementaires ont déploré la "faiblesse des organisations de producteurs et des éleveurs, encore trop peu investis dans les coopératives et les organisations de production".

"A eux aussi de se prendre en main", a souligné Annick Le Loch (PS, Finistère), "les interprofessions qui ne fonctionnent pas bien dans la viande bovine et le lait en particulier doivent s'organiser pour peser davantage".

Thierry Benoit (UDI, Ille-et-Vilaine) a insisté sur une nécessaire "clarification des relations commerciales", estimant "à titre personnel qu'on peut aller jusqu'à la dissipation de l'oligopole des quatre grandes centrales d'achat".

Le rapport recommande de "faire cesser la guerre des prix entre enseignes" et de "réformer les statuts de l'Observatoire des marges et des prix". La révision attendue de plusieurs lois -sur l'agriculture, la consommation et la modernisation de l'économie- doit aussi permettre de "redéfinir les notions de pratiques restrictives de concurrence".


Etiquetage

Annick  Le Loch a insisté sur l'activation immédiate des outils européens pour soutenir les productions en difficulté avec, pour les plus affectées comme le lait et le porc, la possibilité de réduire la production par "des mesures volontaires et incitatives dans un premier temps, rendues obligatoires dans un second temps" si nécessaire - proposition émise par le European Milk Board, l'association des producteurs laitiers européens et reprise dans le rapport.

Le rapport soutient l'étiquetage sur l'origine des viandes dans les plats transformés et propose d'obtenir son extension au plan européen et à l'origine du lait.

aider l'éleveur à s'améliorer et non l'enfoncer

Thierry Benoist a par ailleurs soulevé "le problème de confiance entre les éleveurs et l'Etat" à propos de la multiplication des contrôles. "Qu'on cesse de suspecter les éleveurs" a-t-il lancé en évoquant les contrôles environnementaux, sanitaires ou administratifs.

Le rapport suggère un regroupement des contrôles, chez un éleveur prévenu à l'avance, qui peut s'y préparer et faire appel à un "tiers de confiance" pour l'assister. Il s'agit de "faire en sorte que le contrôle soit là pour aider l'éleveur à s'améliorer et non pour l'enfoncer" a-t-il résumé en réclamant "le désarmement" des agents de l'office de l'eau (Onema), munis d'un pistolet, sur les exploitations.

A lire aussi

Sur le même sujet

Match nul pour le Stade Rennais à Nice

Les + Lus