Le déconfinement ne sera pas "régionalisé" mais "adapté aux territoires", a annoncé Emmanuel Macron

Lors d'une réunion avec des élus, le président de la République a annoncé que le déconfinement sera adapté à chaque territoire. La Bretagne devra compter sur ses spécificités pour connaître les conditions de l'après-11 mai. Le président de la région Bretagne réagira ce soir sur France 3.

Emmanuel Macron dans son bureau à l'Elysée
Emmanuel Macron dans son bureau à l'Elysée © YOAN VALAT / POOL/EPA/Newscom/MaxPPP

Lors de son déplacement dans le Finistère, Emmanuel Macron avait évoqué un déconfinement différencié "selon les secteurs d'activité ou selon les régions"
Finalement, l'échelle de la région n'est pas retenue. Le chef de l'Etat a cependant annoncé que les dispositions prises pour lever le confinement seront adaptées aux territoires, selon leurs spécificités.

Des propos soutenus par Bruno Le Maire, ministre de l'économie : "La situation n'est pas la même en Nouvelle-Aquitaine où il y a eu moins de cas de Covid ou en Ile-de-France où le virus circule beaucoup. Ce sera aux autorités sanitaires de nous faire des recommandations", au micron de France Info. 
 

La Bretagne relativement peu touchée


Le déconfinement doit se préparer avec les maires, a insisté Emmanuel Macron, selon des propos rapportés par l'Élysée, et le cadre national devra être adapté et "territorialisé", mais pas par régions, "qui ne correspondent pas aux réalités des territoires".

Quelle est donc la réalité de la Bretagne ? La région est relativement peu impactée par le coronavirus. D'ici le 11 mai, seuls 2% des habitants seront contaminés par le virus, selon une étude de l'Insitut Pasteur. C'est la deuxième région la moins touchée, derrière la Nouvelle-Aquitaine.
 
Si la situation sanitaire bretonne est enviable, la menace d'une "seconde vague" plane sur la région. Mais la Bretagne n'a pas plus de risque de subir ce regain de contaminations au Covid-19. 
 

Le port du masque évoqué


Dans les transports publics, "il faudra probablement imposer le port du masque", a en outre fait savoir l'Élysée, qui évoque un "cahier des charges organisationnel et sanitaire pour la reprise".

Sur le sujet des masques, "il y aura toujours une priorisation des masques FFP2 et chirurgicaux aux soignants" et l'exécutif reste "dans le registre de la recommandation à ce stade" pour sa généralisation au grand public "car il faut avant tout respecter les gestes barrière".

Emmanuel Macron a ainsi encouragé les maires à acheter de manière massive des masques grand public, "dans une logique de recommandation, pas d'obligation". En Bretagne, nombreux sont ceux ayant pris les devants pour en équiper leurs communes.
   

Les présidents de régions réunis par Matignon


Ce jeudi 23 avril, les présidents de régions sont conviés en visio-conférence avec le Premier ministre Edouard Philippe pour aborder "la préparation de la stratégie de déconfinement." 

Le chef du gouvernement évoquera "les questions essentielles que sont l'équipement des Français en masques grand public, la stratégie de dépistage et la réouverture des lycées, gérés par les régions."

Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne, est l'invité de France 3 Bretagne ce 23 avril dans le journal de 19h.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société emmanuel macron politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter