Décrochage scolaire : 2 793 jeunes bretons concernés

© IP3 PRESS/MAXPPP
© IP3 PRESS/MAXPPP

Si la Bretagne affiche l’un des meilleurs taux en France de réussite aux examens, certains jeunes restent malgré tout sur le carreau. Dans la région, 2793 jeunes sont considérés comme décrocheurs, c’est 3% des 16/25 ans.

Par Gilles Le Morvan

En Bretagne, 7 254 jeunes avaient été signalés comme risquant potentiellement de décrocher, 39% ont malheureusement franchi le pas. C’est la conclusion d'une étude menée entre octobre 2018 et août 2019 par l’Observatoire du décrochage scolaire, créé par la Région pour mieux lutter contre les ruptures de parcours, en partenariat avec le GREF (Groupement régional pour l’emploi et la formation ).

Décrocher, ca veut dire un quoi ?

Sont considérés comme présumés décrocheurs, les jeunes de 16 à 25 ans issus du second degré et n’ayant pas terminé leur formation, qu’ils possèdent ou non un premier diplôme ou une certification.
 
© Région Bretagne
© Région Bretagne


Qui sont les 2793 décrocheurs ? 


39% sont des filles. 25% a 18 ans. Les garçons ont tendance à décrocher plus tôt, vers 16 ans, quand les filles décrochent souvent après 19 ans.

61% des décrocheurs et décrocheuses proviennent de la filière professionnelle, quittée le plus souvent durant l’année de Terminale de Bac pro.
 

Les causes du décrochage


"Les raisons sont multiples" explique Georgette Bréard, vice-présidente de la région Bretagne chargée de la formation et de l’orientation. "Erreur d’orientation, fragilité socio-économique dans la famille, éloignement géographique des centres de formation, problèmes de santé etc...".

Parfois, on trouve aussi des parents qui poussent leur enfant à poursuivre des études qu'il ne désire pas, et çà peut finir par un décrochage.  


1819 jeunes carrément sortis des radars.  


Si 2793 jeunes sont en décrochage, d’autres sont carrément sortis des radars. "On ne sait rien de leur situation. On a perdu leur trace. Ils n’ont pas répondu aux sollicitations", ajoute Georgette Bréard. Cà ne veut pas dire qu'ils tous ont forcément décroché, mais une bonne partie a sans doute renoncé. Il va falloir les retrouver"  


Des plateformes de suivi


Après cette photographie régionale de l'Observatoire du décrochage scolaire, les 17 plateformes de suivi du territoire breton vont maintenant regarder les résultats de l'étude un plus à loupe. Avec pour objectif de renouer le contact avec "les disparus" et proposer une solution d'accompagnement à chacun des décrocheurs.
 

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus