Le denier pour faire vivre l'Eglise

Le denier du culte sert notamment à financer le traitement des prêtres et des religieux. / © France 3 Bretagne
Le denier du culte sert notamment à financer le traitement des prêtres et des religieux. / © France 3 Bretagne

En cette mi-février commence pour les catholiques la campagne du denier de l’Église. Elle est essentielle pour assurer ses missions et pour rémunérer les prêtres et religieux. Problème : le nombre de donateurs est en baisse régulière.

Par Hélène Pédech

Il en est ainsi à chaque début de Carême, l'Eglise lance sa campagne du denier.

Depuis la séparation Eglise / Etat


Le « denier du clergé », ainsi nommé à l'époque, a été créé par l'Église catholique après la séparation de l'Église et l'État en 1905 pour financer le traitement des prêtres qui était jusqu'alors pris en charge par l'État. Cette collecte auprès des fidèles s'est ensuite appelée « denier du culte » avant de devenir le "denier de l'Eglise" en 1989. "le terme de "denier" est certes un peu désuet, reconnait-on au diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, mais les catholiques tiennent à le conserver, car le denier n'est pas un don comme un autre. Il ne fait pas appel à la générosité mais plutôt à un sentiment d'appartenance ou de fidélité envers l'Eglise (...)".

Problème: près de la moitié des catholiques pratiquants ne participeraient pas au denier de l'Eglise. Dans le diocèse de Quimper et du Léon (Finistère), 2,4 millions d'euros auraient ainsi été recueillis lors de la campagne de 2017 soit une baisse de 2 points par rapport à 2016.

Campagne 2018 du denier de l'Eglise dans le diocèse de Quimper et du Léon
- Yvon Gargam, responsable communication du diocèse - P. Yvan Le Goff, prêtre - P. Joseph Longo, prêtre Equipe: A.Conanec, S.Soviller, J.Abgrall - France 3 Bretagne - France 3 Bretagne

"On n'est pas très à l'aise pour parler de l'argent, admet le Père Yvan Le Goff, prêtre dans le diocèse de Quimper et du Léon. Mais l'Eglise ne vit que par les dons des fidèles qui veulent bien nous en donner un peu. Sinon, les églises ferment."


La campagne 2018 s'adresse particulièrement aux plus jeunes catholiques. Comme l'an passé, elle met en avant des affiches présentant des prêtres dans leur diversité. 

L'une des deux affiches déployées à l'occasion de cette campagne 2018 pour le denier de l'Eglise. / © Denier Ouest / Eglise catholique
L'une des deux affiches déployées à l'occasion de cette campagne 2018 pour le denier de l'Eglise. / © Denier Ouest / Eglise catholique


Des ressources secondaires


Le denier couvre la part la plus importante des charges de l'Eglise mais il n'est pas suffisant. Les diocèses, les paroisses et les prêtres ont d'autres ressources:

- les quêtes paroissiales destinées au fonctionnement de la paroisse comme l'entretien, l'éclairage, le chauffage, etc. excepté si la quête est destinée à une cause précisée;

- les offrandes de cérémonie, autrement appelées le casuel (baptême, mariage, funérailles), destinées à l'activité du diocèse, des paroisses ou des prêtres;

- les offrandes de messe, lorsque la messe est célébrée à une attention particulière, aident à financer la vie matérielle des prêtres;

- les legs et donations qui sont réinvestis, par exemple dans la restauration d'une église, sauf si le donateur a émis un souhait particulier.  


Donner en ligne


"Une grande majorité des donateurs effectuent leur don par chèque grâce à l'enveloppe reçue dans leur boîte aux lettres", explique-t-on au diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo. Le don en ligne est également possible via les sites internet de chaque diocèse.
Dans tous les cas, le don donne lieu à une déduction fiscale.

A quoi sert le denier ?

Il sert à financer:
- le traitement des prêtres et religieux;
- leurs cotisations maladie et retraite;
- les maisons pour les prêtres retirés;
- la formation des séminaristes;
- les salaires des employés de paroisse et de presbytère;
- les salaires des laïcs en mission pastorale.

A lire aussi

Sur le même sujet

Xavier Tirel invité du JT pour la seconde ligne de métro à Rennes

Les + Lus