Dinan : le chef propose des plats à emporter, cuisinés à partir de fruits et légumes invendus

Pâtissier et cuisinier de renom, Laurent Favre-Mot a ouvert son nouveau restaurant à Dinan, il y a quatre mois à peine. Contraint de fermer pour cause de reconfinement, il a trouvé refuge dans les halles, où il propose des plats à emporter, cuisinés à partir de produits invendus. 

 
Laurent Favre-Mot dans son nouveau restaurant au cœur de la cité médiévale de Dinan.
Laurent Favre-Mot dans son nouveau restaurant au cœur de la cité médiévale de Dinan. © Stéphanie Labrousse
Distingué par le Gault & Millau, référencé dans le guide Fooding, Laurent Favre-Mot est loin d’être un inconnu dans le milieu culinaire. Après avoir ouvert deux boutiques à Marseille puis à Paris, collaboré avec de grands-chefs, et fait quelques apparitions télévisées à Top Chef ou sur Paris Première, c’est à Dinan, dans les Côtes d'Armor, que ce pâtissier et cuisinier réputé a choisi d’ouvrir son nouveau restaurant.


Restaurant inauguré à Dinan après le premier confinement


Au cœur de la cité médiévale, au 18 rue de la cordonnerie, "Rustic in the new chic" est inauguré au mois de juin 2020. Un restaurant aux allures de bistrot. Une cuisine "simple" qui fleure bon la Méditerranée. La carte se renouvelle tous les jours, selon les arrivages (produits bio, de saison et locaux), selon l’inspiration du chef aussi, qui fourmille d’idées.
 

Des plats à emporter à partir des invendus du maraîcher d'en face


Mais entre-temps, la deuxième vague de Covid tant redoutée est bien arrivée, et avec elle, le reconfinement. Contraint de fermer, Laurent Favre-Mot ne va pas rester longtemps inactif. Le 5 novembre, le chef prend ses nouveaux quartiers dans les halles de Dinan, à deux pas de son restaurant. Il se lance dans la vente à emporter. Ce qui est nouveau et plutôt original, c'est que les tartes, les gâteaux, les soupes qu’il cuisine, il les prépare à partir d’invendus, fournis par un maraîcher installé juste en face de son commerce. Une cuisine anti gaspi, qui s'adapte aux produits restant sur l'étal du vendeur.
 
Les petits plats anti-gaspi du Chef Laurent Favre-Mot

"La gastronomie c'est bien mais ça reste encore assez élitiste, explique le chef. Aujourd'hui j'avais envie de désacraliser tout ça, de fédérer davantage de gens, de populariser entre guillemets l'offre. Et c'est une manière élégante de la rendre accessible." 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture économie covid-19 santé société