• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Épidémie de grippe : le pic en Bretagne

© Vincent Voegtlin/L'Alsace/Maxppp
© Vincent Voegtlin/L'Alsace/Maxppp

Préparez vos mouchoirs, l'épidémie de grippe est là ! La Bretagne, est la région en France où le plus grand nombre de cas ont été relevés. 226 cas de syndromes grippaux pour 100 000 habitants ont été observés dans la région, lors de la première semaine de 2019, pour 86 cas en France métropolitaine.

Par Krystel Veillard avec l'AFP


226 cas de syndromes grippaux pour 100 000 habitants en Bretagne, ont été estimés lors de cette première semaine de 2019. C'est le taux d'incidence le plus élevé en France métropolitaine, où on été observés 86 cas pour 100 000 habitants. Les nombres de cas les plus élevés en région sont ensuite signalés en Pays de la Loire (205 cas) et en Occitanie (112 cas).
Les médecins Sentinelles surveillent le nombre de cas de syndromes grippaux vus en consultation, qui sont définis par une fièvre supérieure à 39°C, d'apparition brutale, accompagnée de myalgies et de signes respiratoires. "La circulation de la grippe en France a commencé et on peut s'attendre à ce que l'ensemble des régions métropolitaines passent en phase épidémique dans les semaines qui viennent", a expliqué mercredi l'épidémiologiste Sibylle Bernard-Stoecklin, de l'agence sanitaire Santé publique France. 
    
 
© Réseau Sentinelle
© Réseau Sentinelle


Une épidémie plus tardive cette année

L'an passé, l'épidémie de grippe avait commencé plus tôt, début décembre. Le démarrage plus tardif de cet hiver "peut s'expliquer par des conditions météorologiques particulièrement douces et humides en décembre, ce qui ne favorise pas la circulation de la grippe", a indiqué le docteur Bernard-Stoecklin. Pour autant, "le fait que l'activité grippale commence début janvier n'est pas exceptionnel", a-t-elle souligné.
  

Meilleure couverture vaccinale en France


Selon Santé publique France, la couverture vaccinale des personnes à risques en métropole "est passée de 41,3% à 42,9% (+1,6%)". Cette estimation, arrêtée au 30
novembre, est basée sur les chiffres de remboursement des vaccins par l'assurance maladie. "Il faut se réjouir de cette augmentation mais aussi la relativiser, car nous restons à des niveaux de couverture vaccinale très insuffisants, loin de l'objectif de 75% des sujets à risques", a commenté le responsable de la vaccination à Santé publique France, Daniel Lévy-Bruhl.
 

Pénuries de vaccins  


Ces dernières semaines, des pénuries de vaccins ont été observées dans de nombreuses pharmacies. "Il y a eu de grosses tensions d'approvisionnement dans une partie des pharmacies", a encore indiqué Daniel Lévy-Bruhl, selon qui une "commande additionnelle" a été faite auprès des laboratoires pharmaceutiques. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a estimé que cette pénurie pouvait en partie s'expliquer par un "problème de répartition" entre les régions. "Nous avons réquisitionné plusieurs dizaines de milliers de doses pour achalander les régions qui n'en ont plus et toutes ces doses restantes (...) sont réservées aux personnes âgées et aux personnes à risques", a-t-elle affirmé sur BFMTV. "C'est la première fois en France que nous avons quasiment éclusé toutes les doses de vaccins anti-grippe; pour moi c'est un succès, ça veut dire que la confiance revient vis-à-vis des vaccins", a-t-elle fait valoir.
    

Vaccination pour les personnes à risque


La vaccination antigrippale est notamment recommandée pour les plus de 65 ans, les patients atteints de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire...), les femmes enceintes et les personnes souffrant d'obésité morbide, soit quelque 12 millions de personnes, selon le ministère de la Santé. Toutes les personnes majeures pour qui la vaccination est recommandée peuvent retirer leur vaccin à la pharmacie, sur simple présentation de leur bon de prise en charge de l'Assurance maladie (le vaccin est remboursé à 100%). Elles peuvent ensuite se faire vacciner par un médecin, un infirmier ou une sage-femme.
    

Vaccination en pharmacie dans quatre régions test


Dans quatre régions tests (Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie), toutes les personnes concernées par les recommandations peuvent également se faire vacciner en pharmacie. Cette expérimentation "a hyper bien marché", s'est réjouie la ministre. L'hiver dernier, en 2017-18, l'épidémie avait été particulièrement sévère (avec 2.770 cas graves en réanimation), précoce et longue, selon un bilan établi en octobre dernier. La mortalité attribuable à la grippe avait été importante (12.982 décès dont 85% chez les plus de 75 ans) mais moins forte qu'en 2014-15 (14.490 morts) et 2016-17 (14.358 morts).

 

Sur le même sujet

Littoral, passeurs d'images

Les + Lus

Les + Partagés