• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire Troadec : les nouvelles fouilles à Pont-de-Buis-lès-Quimerch ne donnent rien

Des fouilles ont lieu avec pelleteuse à Pont-de-Buis-lès-Quimerch / © F. Malésieux - France 3 Bretagne
Des fouilles ont lieu avec pelleteuse à Pont-de-Buis-lès-Quimerch / © F. Malésieux - France 3 Bretagne

Les nouvelles fouilles qui avaient débuté mercredi à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère) dans la propriété d'Hubert Caouissin, l'assassin présumé de la famille Troadec en février 2017 près de Nantes, se sont achevées jeudi mais sont restées vaines, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Par AFP


Les opérations de fouilles menées pendant deux jours dans une zone de la propriété de M. Caouissin n'ont permis aucune nouvelle découverte, ont indiqué des sources proches du dossier. Contacté, le parquet de Nantes n'était pas joignable vendredi matin. Mercredi, une pelleteuse et une dizaine de personnes avaient pénétré dans le vaste terrain de cette ferme pour mener des investigations dans une zone marécageuse située au bord de l'Aulne, une rivière qui longe la propriété, avait constaté un photographe de l'AFP.

Ces recherches avaient été entreprises après que M. Caouissin, transporté sur les lieux le 12 mars, avait désigné la zone comme un endroit qui pourrait receler des morceaux des corps de ses victimes, disséminés dans plusieurs endroits. Mais deux ans après les faits, l'engin de chantier n'a pas réussi à mettre au jour des restes ou des indices qui puissent permettre aux enquêteurs d'éclaircir les conditions dans lesquelles ont été tués Pascal et Brigitte Troadec, 49 ans, et leurs deux enfants Sébastien et Charlotte, âgés de 21 et 18 ans.
 

Une reconstitution doit être organisée, en présence du suspect mis en examen pour assassinat, le 29 avril dans la maison de la famille Troadec à Orvault (Loire-Atlantique). Hubert Caouissin, ancien ouvrier d'État de l'arsenal de Brest, sans antécédents judiciaires, a reconnu y avoir perpétré ce quadruple meurtre sur fond de guerre d'héritage.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus