VIDÉO. Le naufrage du Bugaled Breizh, objet du tournage d'une série diffusée sur Arte : "un combat de l'intime"

durée de la vidéo : 00h01mn57s
La série "37 secondes", actuellement en tournage dans le Pays Bigouden, retrace l'histoire du naufrage du Bugaled Breizh. Le reportage de Gwenaelle Bron et Sarra Ben Cherifa ©France 3 Bretagne

Le naufrage du Bugaled Breizh, le 15 janvier 2004, a marqué le milieu de la pêche. Une série, intitulée "37 secondes", relate l'histoire de ce chalutier et veut rendre hommage aux familles des victimes, en rappelant leur long combat judiciaire. Elle est en cours de tournage dans le Pays Bigouden.

"37 secondes", c'est le titre de la série, c'est aussi, le temps que le Bugaled Breizh a mis pour couler, au large du cap Lizard, le 15 janvier 2004, emportant avec lui cinq hommes d'équipage : Yves Gloaguen, Patrick Gloaguen, Georges Lemetayer, Eric Guillamet et Pascal Le Floc’h.

Combat de l'intime

Le tournage de la série est en cours dans le Pays Bigouden, avec l'ambition d'aborder l'impact humain du drame, sur les proches des victimes du naufrage et leur combat pour connaître la vérité. "On ne la connaîtra pas parce que personne ne la connaît, estime Laure de Butler, réalisatrice de la série, en évoquant les raisons du naufrage. On veut vraiment accompagner le regard de ces familles et c'est vraiment un combat de l'intime, contre l'État, contre la justice".

À LIRE : Bugaled Breizh 20 ans après le naufrage, "on espère qu'un jour une personne va soulager sa conscience"

Cela fait 20 ans que les familles des victimes se demandent comment un chalutier de 24 mètres avec des marins aguerris à son bord a pu couler en quelques secondes. 

Les circonstances du naufrage du Bugaled Breizh restent encore inexpliquées, malgré une enquête judiciaire qui a duré de longues années. Et l'hypothèse privilégiée par les familles d'une collision avec un sous-marin n’a jamais été formellement prouvée par la justice.

À LIRE : Bugaled Breizh. Les Marines anglaises et hollandaises mettent leurs sous-marins hors de cause

Témoins de l'époque

Pour être le plus fidèle possible, l’équipe s’est appuyée sur des témoins clés de l’époque. En voisin et conseiller, Robert Bouguéon, ancien président du comité local des pêches, a bien accueilli ce projet de fiction. "Quand on me pose des questions, confie-t-il, je raconte ce que j’ai vécu. Ils arrivent à aller au plus près de l’enquête, de ce qui s’est passé réellement".

 

Personnage principal de la série, Marie, la belle-sœur d’un des marins disparus, refuse de s’en remettre à la fatalité. "Ces histoires d’injustice sont universelles, explique la comédienne Nina Meurisse, qui interprète Marie. Ici, c'est très fort, mais en réalité, j'ai l'impression que de plus en plus, l'injustice est partout et c’est ça qu’il faut incarner, c'est l'idée de se battre pour la vérité, c'est important".

J’ai le sentiment qu’une fiction qui reprend les termes de l’enquête, de toute l’histoire, c’est une façon de ne pas laisser disparaitre cette histoire-là.

Anne Landois

Scénariste "37 secondes"

 

Actuellement à Penmarc'h, le tournage de la série de 6 épisodes, se poursuit jusqu'en mai. La diffusion est annoncée pour le courant de l'année 2025, sur Arte.

(Avec Gwenaëlle Bron)

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité