Affaire Ferrand: les faits dénoncés ne permettent pas d'ouvrir une enquête

Publié le Mis à jour le
Écrit par Krystel Veillard avec l'AFP

Les faits dénoncés mercredi par le Canard Enchaîné sur une affaire immobilière concernant la compagne de Richard Ferrand ne constituent pas une infraction et à ce titre ne permettent pas d'ouvrir une enquête, a annoncé vendredi le procureur de la République de Brest.

Il n'y aura pas d'enquête sur les faits dénoncés par le Canard enchaîné, concernant Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des Territoires et l'affaire de la location de locaux appartenant à sa compagne par les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait alors. Alors que le parquet national financier, interrogé par des journalistes, a déjà fait connaître de son côté qu'il n'entendait pas se saisir de ces faits, le procureur de la République de Brest, Eric Mathais vient de diffuser un communiqué où il précise avoir "procédé à une analyse juridique pour déterminer s'il devait se saisir et diligenter une éventuelle enquête". "Au terme de celle-ci", conclut-il, "il apparaît qu'en l'état, aucun des faits relatés n'est susceptible de relever d'une ou plusieurs qualifications pénales permettant d'ouvrir une enquête préliminaire".

En campagne dans le Finistère, Richard Ferrand exclut toute démission

 


Le soutien du Premier ministre


Dans le même temps le Premier ministre Edouard Philippe a renouvelé vendredi sa "confiance" à Richard Ferrand, alors même que son gouvernement planche sur sa première loi, consacrée à la moralisation de la vie publique. Le Premier ministre a ainsi déclaré dans la matinée: "Richard Ferrand a ma confiance", les électeurs de la circonscription de Carhaix-Plouguer "pourront dans deux semaines dire si, comme moi, ils ont confiance en Richard Ferrand". "Ce sera le juge de paix, celui que personne ne peut dépasser en démocratie", a-t-il ajouté, en marge d'un déplacement à Paris pour soutenir un autre ministre candidat aux législatives pour En Marche!, Mounir Mahjoubi, face au patron du PS.

Le communiqué du Procureur de la République de Brest
Le procureur de la République de Brest a pris connaissance d'un article paru le mercredi 24 mai 2017, dans l'hebdomadaire « le Canard enchaîné » et intitulé « la contribution de Richard Ferrand à la moralisation de la vie politique ». 
Le parquet national financier, interrogé par des journalistes, a fait connaître qu'il n'entendait pas se saisir de ces faits.
Le procureur de la République de Brest a par ailleurs reçu ce 26 mai 2017 un signalement de l’avocat du mouvement politique « les Républicains » livrant, au nom de son client, sa propre analyse des faits relatés par cet article. Le procureur de Brest a procédé à une analyse juridique pour déterminer s'il devait se saisir et diligenter une éventuelle enquête. Au terme de celle-ci, il apparaît qu’en l’état, aucun des faits relatés n’est susceptible de relever d’une ou plusieurs qualifications pénales permettant d’ouvrir une enquête préliminaire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité