Brest : opération anti-OGM des faucheurs volontaires au port. Des installations endommagées

Les Faucheurs volontaires ont bloqué les entrées de l'entreprise Bunge dans le port de commerce de Brest / © France Télévisions - C. Borgnon
Les Faucheurs volontaires ont bloqué les entrées de l'entreprise Bunge dans le port de commerce de Brest / © France Télévisions - C. Borgnon

Dès 6h45, ce vendredi 6 décembre, environ 70 Faucheurs volontaires ont bloqué les accès de l’entreprise Bunge, au port de commerce à Brest. Ils s'opposent aux importations de soja OGM. Les policiers ont évacué les manifestants vers 9h45. Des insta

Par Thierry Peigné


Les manifestants ont été délogés dans le calme par la police nationale, sans opposer de résistance. Ils ont même remis la liste de tous les participants aux forces de l'ordre. Un de leur objectif est que leur action soit suivie d'une procédure judiciaire afin d'accentuer l'écho médiatique.
L'évacuation des Faucheurs volontaires du port de commerce de Brest s'est déroulé dans le calme / © France Télévisions - Chloé Borgnon
L'évacuation des Faucheurs volontaires du port de commerce de Brest s'est déroulé dans le calme / © France Télévisions - Chloé Borgnon
 

L'importation de soja OGM visé


Depuis 6h45, 70 manifestants bloquaient une des entrées de la société Bunge, un des poids lourd européen du négoce international de l'agro-alimentaire. Une société importatrice d'oléagineux. Vers 9 h, les camions bloqués commençaient à emprunter la seconde entrée. 

Les Faucheurs volontaires dénoncent l'importation de soja OGM (Organisme Génétiquement Modifié). Ils réclament "l'arrêt des importations d'OGM en France", "une transparence des politiques d’orientation agricole du conseil régional" et "une réelle modification du système agricole avec comme première mesure l’arrêt des subventions à la construction ou l’agrandissement des élevages industriels"
 

Des installations portuaires endommagées


Un groupe de manifestants s'est introduit de façon frauduleuse dans une zone à accès restreint et a coupé des tapis d'approvisionnement des silos, selon les manifestants et la police. "Le bilan sur site est lourd : l’outil de production est sérieusement endommagé, les réparations et pertes d’exploitation se chiffrent en centaines de milliers d’euros" a précisé dans un communiqué la préfecture du Finistère. "L’activité économique sur le port de commerce est fragilisée jusqu’à la réparation de ces installations" a-t-elle ajouté. 

Des procédures judiciaires ont été ouvertes pour identifier les auteurs de ces dégradations.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus