Brest. Reynz, du rap made in 30 moins 1

30-1 = Finistère. "30-1", c'est aussi un titre sur le second EP du groupe brestois Reynz (Pluie Vol.1). Un morceau et un clip qui nous emmenaient dans une virée nocturne de fêtards à Brest-même. Ce 9 avril, Reynz sort un nouveau son, "Bleu Hôtel", et son clip. Entretien avec Corentin, alias Reynz

Reynz est sorti du silence en  mars 2019 avec un premier 7 titres, "Olympique Poésie". Comme un nom de club de foot pour désigner le team brestois qui joue avec les mots comme on enchaîne les passes sur un terrain. "On n’est pas vraiment un groupe, précise Reynz. Je suis un artiste solo mais y a toujours beaucoup de monde autour qui te façonne".

Et qui aide à trouver cette poésie olympique, "de beaux textes, musclés aussi, et avec cet esprit compétitif omniprésent dans le rap. Toujours tenter d'écrire mieux que les autres, mieux que soi-même à chaque fois. Je m’astreins à ce mantra".

 


"Beaucoup d'appétit"


Alors que sort un nouvel EP à l'automne dernier (Pluie, vol 1), c'est aussi à cette période que Reynz représente la Bretagne au tremplin rap national "Buzz Booster". "C’était une énorme fierté, se souvient Corentin. La finale régionale qu'on a remportée, c’était à la Carène (la salle des musiques actuelles de Brest, NDLR) et j’y jouais pour la première fois". Et puis le Buzz Booster représente aussi l'espoir de lendemains qui chantent.

"On avait un stock de dates prévues avec des opportunités de sortir de la Bretagne, beaucoup d'appétit" raconte Reynz. Malheureusement le Covid-19 a joué les trouble-fêtes. "C’est comme ça, commente le rappeur avec philosophie, mais ça reste une fierté, ça donne envie d'aller plus loin, on est prêt à rebondir et à sauter sur scène dès que ce sera possible. C'est ce que j’aime profondément".

Hymne à Brest

Du projet "Pluie, vol. 1", on retiendra, par exemple, "30-1".Ceux qui calculent le Finistère auront réussi la soustraction et goûté ce titre-hommage à Brest-même, évocation des nuits où les fêtards déambulent dans la ville. "Oui c'est un hommage à ma ville, confirme Reynz. Une recherche d’hymne aussi, en toute modestie. Les fêtes à Brest ont quelque chose de particulier qui n’avait pas encore été décrit en rap".


Reynz revendique Brest comme ce qui construit le plus son univers musical. "Depuis que j’ai commencé à écrire j’avais envie d’écrire ce morceau. J'en suis super content et fier. Il tourne dans des soirées à Brest. Si on avait pu le jouer en concert, il aurait eu une vie différente. J’attends de le jouer à la Carène ou au Vauban".

Nouveau titre, nouveau clip

En attendant ces jours meilleurs pour la culture et pour le reste, Reynz envoie des signes de vie régulièrement, "pour continuer à dire 'on est là' " lance le rappeur. Alors pas d'album dans l'immédiat, en tout cas pas avant la fin de l'année, mais des singles et des clips. "Ça permet de s'essayer sur un nouveau terrain, ça aide à définir ce que sera "Pluie, vol.2", ça donne une dynamique" explique Reynz.

Et la dernière missive, c'est "Bleu Hôtel" qui sort ce 9 avril sur les plateformes musicales.

"Un morceau "pop" comme on n’en a jamais fait" dit Reynz. Le nom de ce titre est une référence au "Blue Hotel" de Chris Isaak qui est cité dans ce nouveau texte du rappeur brestois. "Pour moi, confie-t-il, cette chanson de Chris Isaak, c'est le top quand tu es auprès d'une femme".

Le "Bleu Hôtel" de Reynz raconte "une histoire d'amour qui se termine lors d'un ultime voyage en voiture. Le clip est une mise en images assez littérale de ce qui se dit dans le morceau. Un trajet dans une belle américaine, évocation aussi d' un road movie à la "Bonnie and Clyde", mais sans crime".

Reynz définit sa musique comme un "rap pluvieux et coloré" à la fois. Sometimes it "Reynz" sur Brest, mais pas de quoi renoncer à se faire une place au soleil.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture