Carte. Érosion, vagues submersions, comme Saint-Malo, Dinard ou Plouha, 93 communes font partie des zones vulnérables du littoral de Bretagne

La Bretagne dénombre désormais 93 communes qui vont devoir adapter leurs règles d'urbanisme face au dérèglement climatique. La nouvelle liste des communes qui font face à un risque d’érosion du littoral ou de submersion marine vient d’être publiée par le gouvernement, ce 1er août 2023.

Le gouvernement a publié au Journal Officiel ce 1er août 2023 une liste de 242 communes françaises qui vont avoir l’obligation de s’adapter face à la montée des eaux et à l’érosion de leur littoral. La Bretagne compte désormais 93 communes dans cette liste.

93 communes bretonnes vulnérables à l’érosion côtière

Dans ce décret, du ministère de la transition écologique, c’est 52 nouvelles communes bretonnes qui sont dénombrées comme ayant un territoire particulièrement vulnérable face à l’érosion côtière.

Parmi les plus connues, Erquy, Lancieux, Plouha, Sarzeau, Dinard, Saint-Malo, Morlaix, Penmarch, viennent rejoindre Trégastel, Quiberon ou Landéda, déjà sur cette liste.

Découvrez sur notre carte interactive si votre commune fait partie de la liste des communes vulnérables face à l’érosion côtière.

Le menaçant recul du trait de côte

Le trait de côte est défini par "la limite la plus extrême que peuvent atteindre les plus hautes eaux marines" détaille Eugénie Cazaux, géographe et chercheuse associée au laboratoire LETG de Brest.

"L’érosion de la côte et le risque de submersion marine sont des menaces croissantes pour les communes côtières" certifie la géographe. Les causes de ce phénomène du recul du trait de côte sont dues "à l'élévation du niveau marin et aux conséquences du réchauffement climatique".

Lire : Remise en cause du dérèglement climatique à cause de la météo pourrie. La réponse d'un climatologue

Cette érosion côtière menace les habitants du bord de mer. Selon une étude menée par les géographes de l’université de Brest (UBO), sur les 652 plages étudiées en Bretagne, une sur trois recule. “La plupart de ces plages en retrait sont situées dans le nord de la Bretagne (Côtes-d’Armor et Ille-et-Vilaine)” détaillent les travaux de Bretagne-Environnement.

"Les côtes sableuses", fréquentes dans le Finistère sud "sont plus sensibles à ce phénomène d'érosion" observe Eugénie Cazaux.

"Pour la submersion marine la côte morbihanaise et le secteur de Carnac" sont très sensibles à ces phénomènes" assure la géographe.

Interdictions de construire, aménagement du littoral

Les vagues et les tempêtes ne freinent pas encore le désir de rivage par les marchés immobiliers.

Pour les 93 communes bretonnes du bord de mer ce décret publié le 1er août 2023, dans le cadre de la loi climat et résilience, oblige les municipalités à mettre en place des règles d’urbanisme.

durée de la vidéo : 00h00mn48s
Eugénie Cazaux, Géographe. "Il faut s'adapter aux phénomènes comme l'érosion et les submersions marines qui vont s'intensifier avec la montée du niveau de la mer". ©France 3 Bretagne

Des études pour détailler les risques à 30 ans et à 100 ans devront être effectuées pour déterminer les restrictions. Elles seront financées à 80% par l’Etat.

durée de la vidéo : 00h00mn43s
Eugénie Cazaux. Règles d'urbanisme sur le littoral pour les communes à risque face à l'érosion côtière. ©France 3 Bretagne

Les constructions seront interdites par les municipalités si elles se situent dans un périmètre exposé d’ici 30 ans. Si le risque existe d’ici 100 ans, le permis de construire pourra être autorisé mais avec obligation de démolition quand le péril sera proche.