Crédit Mutuel: la Bretagne veut son indépendance

Publié le Mis à jour le

Trois fédérations du Crédit Mutuel Arkéa, la Bretagne, le sud-Ouest et le Massif central, veulent s'émanciper de la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, dont les activités seraient en concurrence.  

Le Crédit Mutuel, créé en Alsace à la fin du XIXéme siècle, est aujourd'hui une grande maison. Une confédération à deux têtes: l'une à Strasbourg, la CM-CIC, regroupant 11 fédérations. L'autre à Brest, le Crédit Mutual Arkea, réunissant trois fédérations, et à l'origine de la banque en ligne Fortuneo.

Aujourd'hui, Arkea veut s'émanciper du CM-CIC, soulignant un "une situation persistante de conflit d'intérêt", et à saisi l'Autorité de la Concurrence et le procureur de la République de Paris. Le régulateur bancaire, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), avait également été saisi.



Les relations sont depuis longtemps mauvaises entre Arkéa et le groupe CM11-CIC, soit le CIC et 11 des 18 caisses régionales du Crédit Mutuel, rappellent Les Echos. Le Crédit Mutuel Arkéa, présidé par Jean-Pierre Denis, considérerait que ses activités se retrouvent en concurrence frontale avec celles de CM11-CIC, à la taille bien plus importante, et que les deux entités sont de fait autonomes. Elles se font notamment face dans le secteur de la banque en ligne, avec Fortuneo pour Arkéa et Monabanq pour CM11-CIC. 


Un fauteuil pour deux

"L'ensemble Crédit Mutuel dispose d’un seul organe central alors qu’il est constitué de deux groupes autonomes et concurrents" nous explique la direction du Crédit Mutuel d'Arkéa via un communiqué. Alors qu'une supervision bancaire européenne va entrer en vigueur le 4 novembre, Arkea espère une "mise en conformité avec la réglementation bancaire".

"Le Crédit Mutuel Arkéa tient à réaffirmer son attachement aux valeurs du Crédit Mutuel, qui bien plus qu’une marque, correspond à une façon particulière d’exercer le métier de banquier mutualiste" poursuite le communiqué.

Une marque qu'Arkea pourrait ne plus pouvoir porter, "ce n'est même pas un sujet de négociation" selon le CM-CIC.