Le départ des Ultim pour la Brest Atlantiques est reporté au mardi 5 novembre suite à la tempête Amélie

© M. Herry - France 3 Bretagne
© M. Herry - France 3 Bretagne

Les quatre Ultim, ces trimarans géants, devaient prendre le départ de la course océanique Brest Atlantiques ce dimanche 3 novembre. L'organisation de la course a préféré les ménager pour éviter des conditions dantesques. Le nouveau créneau est validé pour ce mardi 05 novembre.

Par SG/BT

Les organisateurs de la Brest Atlantiques ont annoncé le report du départ de la course, prévu ce dimanche à Brest. "Il y a une dépression centrée sur le golfe de Gascogne, avec des creux de huit mètres et des rafales à 75 km/h" a expliqué Jacques Caraës, le directeur de course, sur le plateau de France 3 Bretagne. 

Ler quatre trimarans géants de la classe Ultim "sont formidables, ils vont vite, mais il faut les faire partir dans des conditions acceptables" a poursuivi Jacques Caraës, "nous ne sommes pas aux jeux du cirque".

La direction de la course envisage un nouveau créneau, "qui pourrait être mardi" a annoncé Jacques Caraës, "nous sommes en train de le confirmer avec nos routeurs et nos météorologues".

"Le report était inéluctable"
a commenté François Gabart, "les conditions météos prévues dimanche rendent la navigation impossible et très dangereuse."

"Je suis assez confiant pour trouver un créneau favorable qui permette de s'extirper de l'Atlantique Nord et d'aller chercher l'alizée" a poursuivi le skipper de Macif.
 

Une confrontation inédite


Sur l'air, dans l'eau, les Ultim prennent leur envol depuis Brest pour avaler à des vitesses astronomiques cette nouvelle aventure. 

La Brest Atlantiques sera la première confrontation à très grande échelle pour la flotte de la Classe Ultim. Leur dernière confrontation avait offert un final dantesque entre Françis Joyon et François Gabart.
  
Un demi-tour du monde, 14 000 milles sans escale pour se départager, voilà de quoi créer un challenge pour ses montures hors normes.
 

Seront présent sur la ligne de départ :  Actual Leader, le Maxi Edmond de Rothschild, le Trimaran MACIF et le Sodebo Ultim 3.

Aux commandes des bateaux volants, des tandems de marins expérimentés, aux palmarès impossible à résumer :
 
  • François Gabart (Vendée Globe 2013) et Gwénolé Gahinet (Mini Transat 2011) sur Macif
  • Franck Cammas (Route du Rhum 2010) et Charles Caudrelier (Volvo Ocean Race 2017) sur Edmond de Rothschild
  • Thomas Coville (Trophée Jules-Verne 2010) et Jean-Luc Nélias (Transat Jacques Vabre 2017) sur Sodebo
  • Yves Le Blevec (Transat Jacques Vabre 2011) et Alex Pella (Trophée Jules-Verne 2017) sur Actual
 

Jamais deux sans trois, chaque équipage vivra sous l'oeil d'un mediaman. Ce caméraman sera à bord pour faire vivre de l'intérieur l'intégralité de ce que doivent affronter les marins.

Ces véritables géants de la course au large, embarquent à leur bord des technologies qui équiperont les navires du futur.
 

Brest : capitale des records

La Brest Atlantiques est un projet extraordinaire dans la droite ligne des grandes expéditions d’autrefois. 

Les grandes histoires s’écrivent également par Brest. À ce jour, 26 records y ont été établis, les derniers ayant été réalisés par les skippers Thomas Coville puis François Gabart.
 


Thomas Coville, Yves Le Blevec, François Gabart, Franck Cammas comptent bien relever ce nouveau défi à bord de leurs maxi trimaran respectif, entièrement modernisés.

La Route du Rhum 2018 avait fait souffrir les machines. Entre des avaries importantes à bord, un flotteur arraché et un chavirage, la classe Ultim avait besoin d'un temps pour se préparer à un nouveau projet à sa mesure.
 


Un parcours sur-mesure

La première section de parcours de 5 000 milles nautiques conduira les 4 duos vers les côtes brésiliennes, pour laisser sur bâbord, en première marque à contourner, l'archipel des îles Cagarras en baie de Rio de Janeiro.
 

La deuxième section, entre Rio de Janeiro et Cape Town, soient plus de 3250 milles nautiques à parcourir en route directe sur la traversée de l 'Atlantique sud, pourrait permettre d'autres opportunités stratégiques entre les deux continents, l'Amérique et l'Afrique.

Ensuite, les duos devront négocier le contournement de l'anticyclone de Sainte-Hélène et se positionner stratégiquement pour franchir le "Pot au Noir" et quitter l'Atlantique sud.

Ce sera le dernier sprint final en Atlantique nord, rythmé par les caprices de l'anticyclone des Açores qui sera le dernier juge de paix, synonyme de délivrance.

C'est aux portes de la cité du Ponant que sera révélé le classement final de ce triangle Atlantique de 14 000 milles nautiques en compétition sans précédent.
 
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus