• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

[VIDÉO] Route du Rhum. Armel Le Cleac'h: “Je ne sais pas ce qui s’est passé, ça a été très rapide”

Armel Le Cleac'h remercie l'équipage portugais du "Sonho de Infancia" / © Team Banque Populaire / BPCE
Armel Le Cleac'h remercie l'équipage portugais du "Sonho de Infancia" / © Team Banque Populaire / BPCE

Armel Le Cleac'h a regagné le port de Vigo, secouru par l'équipage portugais du "Sonho de Infancia" après son chavirage. " "Je ne sais pas ce qui s’est passé, ça a été très rapide" a-t-il dit, en racontant le chavirage, avant de rejoindre sa famille et ses proches en Bretagne.
 

Par Stéphane Grammont

Armel le Cleac'h et son trimaran Ultim dernière génération Banque Populaire étaient en train de remonter au classement, dans des creux de 5 mètres et 30-35 noeuds de vents, au large d'Ouessant, lorsqu'il a chaviré.

Conformément au plan de route convenu avec son équipe à terre, le navigateur finistérien était allé "chercher un peu plus de vent dans l'ouest", en ménageant le bateau tout en remontant quelques places.
 

Voir le témoignage en vidéo

 


"Tout se passe bien, j’ai réussi à dormir quelques heures la nuit précédente pour justement passer ces conditions un peu difficiles, et puis le bateau avance normalement" raconte Armel Le Cleac'h, "tout d’un coup, le bateau  part sur le côté, en quelques secondes, je ne me rends pas vraiment compte de ce qui se passe, le bateau est complètement gîté, je me rends compte qu’on est en train de chavirer."

"J’aperçois le flotteur sous le vent qui est détaché du bateau, donc je me dis qu’il y a dû y avoir quelque chose qui a lâché, je ne sais pas quoi, en tout cas, je suis plutôt dans l’urgence de gérer la crise, surtout pour moi d’essayer de trouver une solution pour être en sécurité et me retrouver si possible à l’intérieur du bateau dans la coque centrale quand le bateau aura fini de se retourner."

Le navigateur parvient tant bien que mal à gagner la coque centrale par le hublot arrière, déclenche la balise de détresse et appelle son équipe à terre. Il sera recueilli par un équipage de marins portugais.

"C’était quand même un moment assez chaud, parce que les conditions de mer et de vent ne s’étaient pas vraiment calmées. Sur zone, c’était toujours bien agité, ça remuait pas mal dans le bateau.Mais heureusement, le bateau de pêche et notamment le Capitaine a très bien manœuvré, l’équipage a été formidable, ils m’ont vraiment bien aidé dans cette manœuvre."

L'équipe technique de Banque Populaire tente désormais de récupérer le trimaran, qui dérive dans une mer très formée, et risque de subir encore des dégâts.
 

Sur le même sujet

Début de pénurie de carburant dans l'ouest breton

Les + Lus