• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Incendie du centre des impôts de Morlaix : le procès à Brest ce jeudi

Les artichauts jonchent le sol devant le centre des impôts incendié à Morlaix / © France 3 Bretagne
Les artichauts jonchent le sol devant le centre des impôts incendié à Morlaix / © France 3 Bretagne

Dans la nuit du 19 au 20 septembre 2014, les légumiers en colère incendiaient le centre des impôts de Morlaix dans le Finistère. Trois agriculteurs et un militant des Bonnets rouges comparaissent ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Brest.

Par Krystell Veillard

Cette nuit-là, du 19 au septembre 2014, la colère des légumiers, qui protestaient contre les contraintes fiscales et administratives, pesant sur eux, avait provoqué d'importants dégâts à Morlaix dans le Finistère. Une centaine de tracteurs s'était d'abord dirigée vers la Mutualité Sociale Agricole (MSA) en périphérie de la ville. L'intérieur du bâtiment avait été totalement saccagé, avant d'être incendié avec des palettes et des pneus. Puis les manifestants s'étaient dirigés vers le centre-ville de Morlaix. Des légumes, des palettes, des pneus et du fumier avaient alors été déversés devant le centre des impôts. Cassant portes et fenêtres, les manifestants avaient ensuite incendié le centre de deux étages, qui avait été complètement détruit par le feu à l'une de ses extrémités.


Quatre personnes à la barre du tribunal correctionnel de Brest

Un militant du mouvement des Bonnets rouges était rapidement interpellé et six mois plus tard, plusieurs agriculteurs convoqués par la gendarmerie. Sur les neuf personnes mises en examen, cinq ont bénéficié d'un non-lieu. Au mois de février 2017, quatre personnes, trois agriculteurs et un bonnet rouge, sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Brest, pour destruction par moyen dangereux (incendie), dégradations de biens publics (le centre des impôts) et obstruction des services de secours. Cette nuit-là, les pompiers avaient rencontré beaucoup de difficultés en effet à approcher des lieux des sinistres pour pouvoir intervenir.

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus