• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pen Duick, le premier et dernier bateau d'Eric Tabarly a été restauré

Jacqueline et Marie Tabarly ont découvert, ce jeudi 16 mai, le Pen Duick I restauré de leur mari et père, Eric Tabarly, disparu en mer il y a 20 ans, après avoir été éjecté de son navire / © AFP - F Tanneau
Jacqueline et Marie Tabarly ont découvert, ce jeudi 16 mai, le Pen Duick I restauré de leur mari et père, Eric Tabarly, disparu en mer il y a 20 ans, après avoir été éjecté de son navire / © AFP - F Tanneau

Le mythique Pen Duick du navigateur Eric Tabarly, décédé il y a 20 ans au large du Pays de Galles, sort du chantier brestois du Guip, ce jeudi 16 mai. Le voilier va rejoindre Lorient par la route, où il sera mis à l'eau ce samedi.

Par Myriam Thiébaut avec AFP


La restauration de Pen Duick, le premier bateau d'Eric Tabarly, s'est achevée ce jeudi au chantier brestois du Guip en présence de l'épouse du célèbre navigateur. Jacqueline Tabarly s'est dite "heureuse" de la renaissance du voilier.

 "Je suis contente, heureuse", a-t-elle assuré, après le retrait de la bâche en plastique recouvrant le bateau vert, noir et blanc. Ce bateau "représente du bonheur, il représente de l'obstination, il représente du chagrin forcément, évidemment, c'est quand même là-dessus que mon mari est parti", a-t-elle ajouté. Eric Tabarly avait été projeté à la mer par la pièce d'un gréement en 1998 au sud-ouest du Pays de Galles, alors qu'il se trouvait à bord de Pen Duick, son tout premier bateau.
Le Pen Duick I le 20 juin 1998, une semaine après le drame qui a vu la disparition d'Éric Tabarly / © IAN STEWART / AFP
Le Pen Duick I le 20 juin 1998, une semaine après le drame qui a vu la disparition d'Éric Tabarly / © IAN STEWART / AFP
 

Un voilier plus que centenaire


A l'âge de 21 ans, Eric Tabarly était devenu le 15e propriétaire du Pen Duick, construit en Ecosse en 1898. Hérité de son père en 1952, le cotre de 15,10 mètres a été sauvé à plusieurs reprises par le navigateur, fervent défenseur du patrimoine maritime. 

En 1958, pour préserver ses formes, il avait recouvert l'ancienne coque en bois de couches successives de tissus de verre et de résine polyester. La technique était alors à peine connue et Pen Duick devient le bateau avec la plus longue coque en polyester de l'époque. Le navire est aujourd'hui classé aux monuments historiques.

"On a complètement restauré Pen Duick", a expliqué à quelques journalistes Yann Mauffret, à la tête du chantier brestois, précisant cependant que la quille, l'étrave ou encore le pont n'avaient pas été refaits.  


Une restauration largement sur fonds public


Du fait de son classement, le coût de sa restauration, d'un montant de 650 000 euros, a été pris en charge à hauteur de 70% par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de Bretagne, la région Bretagne et le département du Morbihan.

Pour terminer la restauration, une campagne de financement participatif, lancée par l'association Pen-Duick et par Jacqueline Tabarly, est en cours afin de compléter l'enveloppe. 

Pen Duick doit quitter Brest ce vendredi 17 mai pour rejoindre Lorient par la route où il sera mis à l'eau samedi.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Paddle Trophy à Vannes : hommage aux sauveteurs de la SNSM

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer