Radioactivité : un hélicoptère de l’Armée survole Brest et l’Ile Longue à basse altitude

Ne soyez pas surpris si un hélicoptère Fennec de l’armée de l’Air survole à basse altitude la base navale de Brest et la base opérationnelle de l’Ile Longue. Il s’agit d’une campagne classique de mesures radiologiques, qui devrait durer jusqu’à mercredi.

Hélicoptère Fennec venu de la base aérienne de Villacoublay qui effectue la campagne de mesures radiologiques
Hélicoptère Fennec venu de la base aérienne de Villacoublay qui effectue la campagne de mesures radiologiques © Préfecture Maritime de l'Atlantique

Depuis ce lundi 12 avril, un hélicoptère Fennec de l’armée de l’Air effectue une opération de survols à basse altitude (40 mètres au-dessus du sol à 70 km/h) entre Brest et l’Ile Longue, dans le cadre d’une campagne périodique de mesures radiologiques.

L'objectif de cette opération assez classique est d'établir à un instant donné une cartographie de référence de la radioactivité, sur une zone incluant la base navale de Brest et la base opérationnelle de l’Ile Longue ainsi que leurs abords, qui accueillent des sous-marins à propulsion nucléaire. Il s’agit avant tout d’assurer la sécurité des personnels des sites militaires et des habitants du secteur.

 

Nouvelles mesures tous les 5 ans

Menée tous les cinq ans pour le ministère des Armées, la dernière campagne de survol au-dessus de ces emprises militaires de 2016 avait établi que tout était conforme en matière de rayonnements sur la zone.

Cette année, l’hélicoptère Fennec venu de la base aérienne de Villacoublay est équipé d’un dispositif de mesure radiologique appartenant au commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) lui permettant d’effectuer ces relevés. Cet équipement sophistiqué comprend notamment un système de positionnement par satellite et un spectromètre qui détecte les rayonnements gamma émis par les éléments naturels ou issus de l'activité humaine. La bonne acquisition des mesures réalisées est assurée en temps réel par un expert du CEA embarqué à bord de l’hélicoptère.

L’opération doit se poursuivre mardi, avec un complément éventuel d’intervention mercredi matin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité aviation économie aéronautique nucléaire environnement