REPORTAGE. "Gagner du temps dans l'analyse des chromosomes". Grâce à l'intelligence artificielle, des cancers et maladies génétiques détectés plus vite

durée de la vidéo : 00h01mn54s
Le reportage de Ronan Hirrien ©France 3 Bretagne

Pour identifier des maladies à partir de l'image des chromosomes d'un patient, l'hôpital de Brest et l'école d'ingénieurs Isen utilisent une technique innovante d'intelligence artificielle.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Comment détecter certains cancers et maladies génétiques ? L'une des méthodes consiste à étudier les chromosomes des patients. Pour améliorer cette analyse des images des chromosomes, le CHU de Brest a établi depuis deux ans un partenariat avec l'Isen, une école d'ingénieurs spécialisée dans le numérique. Les résultats sont au rendez-vous. 

LIRE : Comment l'intelligence artificielle réduit le temps de prise en charge aux urgences du CHU de Rennes

"Nous avons mis au point un démonstrateur qui utilise l'intelligence artificielle et des techniques de traitement d'images, résume Jean-Marie Guyader, enseignant chercheur à l'Isen. À partir d'une photographie d'un ensemble de chromosomes, cet outil indique, d'après leurs formes, s'ils sont normaux ou pas". La taille anormale d'un chromosome peut ainsi révéler que le patient souffre d'une leucémie.

Nous avons progressé dans l'analyse de certaines maladies, c'est très encourageant

Nathalie Douet-Guilbert

CHU de Brest

" Cet outil nous permet de gagner du temps dans l'analyse fine des chromosomes, explique le docteur Nathalie Douet-Guilbert, du laboratoire de génétique chromosomique du CHU de Brest. Nous avons progressé dans la détection de certaines maladies en ciblant certains chromosomes liés à des leucémies. C'est très encourageant. "

Cette utilisation de l'intelligence artificielle ne remplace pas le médecin et le biologiste, seuls à pouvoir interpréter les anomalies détectées par le logiciel, selon le contexte de pathologies du patient. Ce partenariat entre le CHU et Isen a donné lieu à plusieurs publications scientifiques.

(Avec Ronan Hirrien et Bruno Gilbert)