Bannière résultats municipales

Le téléphérique de Brest à l'arrêt jusqu'au début du mois d'août

Le téléphérique brestois restera immobilisé jusqu'au début du mois d'août : c'est ce qu'a annoncé le constructeur suisse Bartholet, dont les techniciens sont venus cette semaine afin d'établir le diagnostic des dysfonctionnements.

Le téléphérique de Brest à l'arrêt depuis le 27 mai
Le téléphérique de Brest à l'arrêt depuis le 27 mai © Catherine Aubaile France 3 Bretagne

L'usure anormale "d'un assemblage boulonné" sur la suspente de la cabine "Charlotte" a été confirmée par les techniciens du constructeur venus inspecter le téléphérique. Les travaux nécessaires pour remettre le téléphérique brestois d'aplomb sont importants : la municipalité a donc choisi l'arrêt prolongé afin de régler définitivement les problèmes, quitte à se priver de cet outil une grande partie de l'été.

"Dès le début de la semaine prochaine, les deux cabines seront déposées, puis démontées afin de recevoir les nouvelles pièces. La fabrication des pièces nécessaires à la mise à jour des deux cabines est d’ores et déjà lancée. Elles seront livrées à Brest au cours de la première quinzaine du mois de juillet" précise le constructeur dans un communiqué de presse publié ce matin. La société Bartholet annonce aussi qu'elle profitera de cette mise à l’arrêt pour remédier à l'autre souci technique, qui empoisonne la vie des utilisateurs depuis l'origine: le dysfonctionnement du système de synchronisation des câbles, qui entraîne la "mise en crabe" des cabines.

Le contribuable brestois ne sera pas mis à contribution pour cette vaste opération de "mise à jour" du téléphérique: le constructeur prendra tous les coûts à sa charge dans le cadre de la garantie.

Pannes à répétitions

Car on ne compte plus les arrêts techniques, depuis sa mise en service en novembre 2016: le premier avait eu lieu onze jours à peine après l'inauguration, le dernier avait privé les Brestois de leur téléphérique entre mai et juillet 2019, d'abord pour changer le câble principal accusé de générer un bruit gênant pour les riverains, puis en raison du mauvais fonctionnement d'une poulie. 

Ces pannes récurrentes sont en grande partie dûes à la technologie dite "du saut de mouton à câble", inventée spécialement par Bartholet pour le téléphérique brestois. Les cabines, au lieu de se croiser latéralement, passent l'une au-dessus de l'autre. Le câble qui entraîne la cabine supérieure est plus long que celui qui entraîne la cabine inférieure, mais toutes deux doivent malgré tout arriver à destination exactement en même temps, d'où un système complexe de synchronisation via des capteurs. Système qui dysfonctionne régulièrement depuis le début de l'exploitation.

Les commerçants pénalisés

Cette mise à l'arrêt est évidemment une très mauvaise nouvelle pour les commerçants qui se situent dans l'enceinte des Capucins, le site desservi par le téléphérique.

Si on calcule bien, sur un an, il a été en panne 30 % du temps

"Et c'est dommage, parce que quand il marche, c'est tout Brest qui en bénéficie, se désole Clément Bozec, gérant de la Brûlerie du Léon. Nous on livre les cafés, hôtels et restaurants, et on a vu la différence entre avant et après l'ouverture des Capuçins et du téléphérique: hôtels et restaurants n'ont jamais autant marché que l’été dernier, alors qu'avant, Brest l'été, c'était mort de chez mort." Selon lui, 70 % de sa clientèle des Capucins vient par le téléphérique. 

La situation est d'autant plus dramatique pour ces commerces qu'elle empêche leur redémarrage, après deux mois de confinement. Une navette gratuite a été mise en place par Bibus pour desservir le site, mais sans effet pour l'heure: les Capucins demeurent désespérément vides. Elle devrait être remplacée par un bus électrique prochainement. La navette fonctionnera de 10h à 21h30. Brest métropole annonce aussi la mise en place d’une nouvelle ligne de bus pour l’été qui reliera les Ateliers des Capucins au Port de Plaisance. A quatre semaines du deuxième tour des élections municipales, le sujet va immanquablement s'inviter dans la campagne. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun transports urbains économie transports élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter