De nouvelles plaintes pour agression sexuelle et prises de sang illégales affluent contre Nicolas Gonidec. Stupeur dans le milieu culturel à Quimper

Publié le Mis à jour le
Écrit par Benoit Thibaut
La parole se libère autour des agissements de Nicolas Gonidec, déjà condamné pour agressions sexuelles et prises de sang illégales. Ici, une victime témoigne.
La parole se libère autour des agissements de Nicolas Gonidec, déjà condamné pour agressions sexuelles et prises de sang illégales. Ici, une victime témoigne. © Valérian Morzadec - FTV

La parole se libère à Quimper. De nombreuses victimes de Nicolas Gonidec se sont rendues au commissariat de Quimper pour porter plainte suite au procès qui l'a condamné pour des faits d'agressions sexuelles et de prises de sang illégales. Le milieu culturel breton exprime sa stupeur face aux agissements de l'ex-élu.

Les plaintes contre Nicolas Gonidec, l'ex-élu de Quimper et responsable de la société audiovisuelle An Tour Tan, n'ont pas fini de s'accumuler.

La procureure Carine Halley nous confirme ce mardi 19 octobre que déjà 13 nouvelles plaintes ont été recueillies par la police de Quimper.

En plus de ces plaintes, 4 jeunes femmes ont été entendues par les policiers mais n'ont pas encore déposé plainte.

Selon la procureure de Quimper "Ces 17 femmes dénoncent des pratiques illégales de la profession d'infirmier et pour 4 d'entre elles des faits d'agression sexuelle ou d'harcèlement. Les faits dénoncés s'étalent entre 2014 et 2020 et ont été commis pour la très grande majorité d'entre eux à Quimper."

Ces 17 femmes dénoncent des pratiques illégales de la profession d'infirmier et pour 4 d'entre elles des faits d'agression sexuelle ou d'harcèlement.

Carine Halley. Procureur de la République

Selon nos informations, de nouvelles plaintes vont être déposées d'ici la fin de semaine, toutes dans le milieu culturel breton où Nicolas Gonidec était très présent.

Une forte émotion dans le milieu breton 

Le festival de Cornouaille, par la voix de son président Igor Gardes, nous a témoigné "être tombé des nues" en apprenant les agissements de Nicolas Gonidec. Le festival "veut se montrer complètement solidaire des victimes".

Les organisateurs du Festival de Cornouaille ne veulent plus avoir affaire à lui ou l'actuelle société An Tour Tan. Les contrats en cours ont été suspendus et le Cyber Fest Noz 2021 ne se fera pas dans sa version réseaux sociaux. Le concert aura lieu le 18 décembre comme un Fest Noz traditionnel au parc Penvilliers de Quimper. 

La confédération culturelle bretonne Kenleur qui regroupe les cercles de danse bretonne a également réagi, et tient à saluer "le courage de celles qui ont porté plainte, mettant ainsi un terme à ses agissements." 


Le piège était très bien fait

Nous avions rencontré une victime des agressions sexuelles de Nicolas Gonidec. Sophie (prénom d'emprunt) n'a pu être entendue au tribunal de Saint-Brieuc. Sa plainte sera entendue lors d'un prochain procès.

C'est autour de Quimper que nous rencontrons une autre victime, Mona. La jeune femme préfère également protéger son identité mais souhaite libérer la parole afin que les femmes osent porter plainte.

Depuis son post sur Facebook, Mona a échangé avec de nombreuses autres victimes. Elles sont au moins une centaine à avoir reçu le faux questionnaire, de la fausse étude de santé imaginée par Nicolas Gonidec.

"Le piège était bien fait" explique Mona, "quand j'entends que nous étions naïves, cela m'énerve. Il était très convaincant et très insistant." 

Afin de convaincre les femmes qu'il avait ciblé, l'ex-élu de Quimper avait mis en place un faux site internet, avec un faux standard téléphonique et utilisait des avatars pour envoyer des mails à ses futures victimes.

Que cela soit le week-end ou même lors des vacances de Noël ou du nouvel-an, Mona explique qu' "il ne se passait pas trois jours sans qu'il ne me relance via Messenger. Et c'est difficile de dire non quand on fait parti du même réseau et que l'on fréquente les même lieux".

Beaucoup disent : "moi aussi j'en suis"

Au moins une trentaine de jeunes femmes de son entourage ont subi le harcèlement de Nicolas Gonidec afin d'être convaincue de se voir proposer des séances de sophrologie et des prises de sang. 

En échangeant avec Mona, beaucoup lui disent "moi aussi j'en suis"

C'est lors des moments de sophrologie que des agressions sexuelles ont eu lieu. Agressions reconnues par Nicolas Gonidec lors du procès de Saint-Brieuc.

Mona ne se retrouve pas dans le terme de victime, elle préfère celui de guerrière, "nous sommes des guerrières et le combat va être long".

Maitre Guérin, avocate des premières victimes, estime que le jugement rendu, trois ans de prison dont deux avec sursis, inscription aux fichiers des prédateurs sexuels et 15 000 euros de dommages et intérêts, est cohérent au vu des plaintes reçues au moment de ce premier procès.

L'avocate nous exprime également qu' un nouveau procès ainsi que l'ouverture d'une instruction judiciaire sont à prévoir. 

Toutes les victimes sont des femmes entre 18 et 40 ans dans l'univers de la culture bretonne

Dans son communiqué de presse, l'association Kenleur dénombre déjà au moins 15 victimes qui dansent ou ont dansé dans les cercles bretons.

Il est encore difficile pour beaucoup de femmes de se reconnaître comme victime. Une personne du milieu culturel breton nous exprime le profond mal être ressenti actuellement.

"Je mesure le drame énorme et les conséquences psychologiques. De nombreuses femmes sont encore dans le déni car elles ont reçu de l'argent pour la fausse étude" explique ce proche de victime qui se rend disponible pour accompagner les femmes de son entourage.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.