Décès d'une fillette de 6 mois à Carhaix. La fermeture des urgences en question

Selon nos confrères du Journal Le Poher, la fillette d'un gendarme de Carhaix, âgée de 6 mois est décédée dans la nuit du 27 au 28 septembre. Selon plusieurs sources, ce décès serait intervenu alors que l'enfant n'a pas pu être pris en charge aux urgences de Carhaix actuellement fermées la nuit. Une explication que dément la direction de l'hôpital.

La fillette unique d'un gendarme de Carhaix, âgée de 6 mois est décédée des suites de difficultés respiratoires dans la nuit du 27 ou 28 septembre. Selon le journal Le Poher qui révèle ces informations, l'enfant n'a pas pu être prise en charge directement aux urgences de l'hôpital de Carhaix, qui sont pourtant distantes d'environ 300 mètres de la gendarmerie où l'enfant est décédé.

Les équipes du SMUR de Brest arrivées sur place ne sont pas parvenues à réanimer l'enfant.

La brigade de gendarmerie de Carhaix, que nous avons contactée, "ne souhaite faire aucun commentaire".

De son côté, la direction du CHU de Brest nous a indiqué que "le décès n'est pas en lien avec la régulation des urgences et renouvelle tout son soutien auprès de la famille en ce moment de deuil." En outre, l'hôpital précise dans un communiqué que "réguler un service d'urgence ne veut pas dire fermeture des urgences". 
"De 18h à 8h depuis le 1er septembre, 57 patients ont été pris en charge sur place aux urgences de l'hôpital de Carhaix" poursuit le communiqué.

Lire : Fermeture des urgences la nuit à l'hôpital de Carhaix. "On a été méprisés, humiliés et maintenant trahis"

Nous avions eu l'assurance que l'hôpital allait rouvrir complètement à partir du 1er septembre.

Christian Troadec, maire de Carhaix

Un événement qui, selon le maire de Carhaix est "dramatique". Christian Troadec dit avoir eu un contact avec le personnel de la gendarmerie. "Je suis passé il y a une heure et tout le monde est dévasté". Le maire de Carhaix qui se refuse à faire un lien avec la fermeture des urgences pendant les nuits. "Je ne peux pas me permettre de faire des accusations de ce type. C'est trop grave. Il va sans doute y avoir une enquête" conclut-il.

L'élu, qui rappelle néanmoins que l'hôpital de Carhaix devait rester ouvert 24 heures sur 24 à partir du 1er septembre, après deux mois de fermeture pendant l'été. "Lors d'une rencontre le 10 août dernier avec la directrice de l'ARS Bretagne et celle du CHRU, nous avions eu l'assurance que l'hôpital allait rouvrir complètement à partir du 1er septembre."

Une manifestation prévue

Mathieu Guillemot, l'un des porte-parole du Comité de Défense et de Vigilance de l'hôpital de Carhaix ne cache pas son émotion. "Je suis papa de deux enfants. Je m'associe à la douleur de la famille. Je n'ai pas de mots assez forts." Mathieu Guillemot qui confirme les informations du journal Le Poher au sujet de témoignages de famille qui font un lien direct entre le décès de leur proche et la fermeture de l'hôpital. "Nous avons de la colère après ce décès de cette fillette. C'est inexcusable. Cette fermeture, ça coûte des vies" conclut-il.

Une manifestation, organisée par le comité de soutien est prévue samedi 30 septembre devant la préfecture de Quimper pour réclamer l'ouverture 24 h/24 de l'hôpital de Carhaix.