Cet article date de plus de 5 ans

L'hydrolienne Sabella connectée à l'île d'Ouessant

Ce lundi, l'hydrolienne Sabella a été connectée au câble sous-marin la reliant à l'île d'Ouessant. Elle sera branchée au réseau de l'île dans les prochains jours, devenant ainsi la première turbine raccordée à un réseau électrique en France.

Raccordement des connecteurs reliant l'hydrolienne Sabella à lîle d'Ouessant
Raccordement des connecteurs reliant l'hydrolienne Sabella à lîle d'Ouessant © Sabella
L'opération de connexion de l'hydrolienne consistait à raccorder le câble de la turbine au câble immergé de l'île. Une opération sensible, débutée dans le courant de la nuit et finalisée vers 11h, à l'étal de pleine mer. La connexion des deux câbles préalablement remontés du fond, s'est faite à l'air libre (pour des questions d'étanchéité), sur le pont du bâtiment de soutien Argonaute.
© Sabella


L'hydrolienne, construite par la société Sabella de Quimper, va connaître une batterie de tests qui vont durer une dizaine de jours avant que le raccordement avec le réseau électrique de Ouessant ne soit réellement effectif. L’hydrolienne Sabella D10 sera alors la première turbine à énergie marine connectée à un réseau électrique en France.

La première hydrolienne raccordée au réseau électrique français

Fin juin, la turbine de 450 tonnes et de 17 mètres de haut a été posée dans le passage du Fromveur, par 55 mètres de fond au large de Ouessant. 

Ouessant doit devenir une vitrine du modèle énergétique insulaire

La puissance de la machine, équipée d'un rotor d'un diamètre de dix mètres, est de un mégawatt, mais au cours de sa première année d'exploitation elle ne fournira que 250 kilowatts. A pleine puissance elle devrait garantir 10 à 15 % de la consommation de l'île d'Ouessant.

Le projet Sabella prévoit également à l'horizon 2019 l'immersion de trois autres machines plus puissantes dans le cadre d'une ferme hydrolienne pilote baptisé "Eussabella". Le coût de ce projet, soutenu par la région Bretagne et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) est de 13 millions d'euros. 
© Sabella

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement