Landerneau Bretagne Basket : l'Europe dans le viseur

Le Landerneau Bretagne Basket va jouer la première coupe d'Europe de son histoire cette année. Les joueuses finistériennes ont repris l'entraînement collectif. Une équipe remaniée et taillée pour une saison qui s'annonce musclée. 
Les joueuses du LBB à l'entraînement ce 19 août sur le parquet de la Cimenterie
Les joueuses du LBB à l'entraînement ce 19 août sur le parquet de la Cimenterie © Carole Collinet-Appéré/France Télévisions

Sur le parquet de la Cimenterie, la sueur. Et le plaisir de renouer avec l'entraînement collectif après ces quatre longs mois sans toucher un ballon. L'équipe du Landerneau Bretagne Basket (LBB) n'est pas encore au complet. Peu importe. L'envie est là. "On a besoin de retrouver nos marques, explique l'entraîneur Stéphane Leite. Pour l'instant, on joue un basket encore hésitant mais les joueuses sont en forme physique. Et puis, tout le monde n'est pas arrivé".
 
Stéphane Leite à la manoeuvre : "On doit d'abord retrouver nos marques après ces quatre mois de coupure"
Stéphane Leite à la manoeuvre : "On doit d'abord retrouver nos marques après ces quatre mois de coupure" © Carole Collinet-Appéré/France Télévisions


Cinq départs, cinq arrivées


Manque à l'appel : la Roumaine Gabriella Marginean et la Canadienne Bridget Carleton engagée en WNBA jusqu'au 12 septembre. Deux internationales qui viennent renforcer l'effectif finistérien dont la physionomie ne sera pas beaucoup bouleversée pour la saison prochaine : cinq départs, cinq arrivées (Katia Mosengo-Masa, Hortense Limouzin et Luisa Geiselsöder ont également signé avec Landerneau), "un collectif qui s'inscrit dans la continuité, note Stéphane Leite. C'est d'ailleurs l'année où on change le moins de joueuses".
 


"Un bon tirage en Eurocoupe"



Des recrutements plus ciblés d'autant que le LBB entre, cette année, dans la cour européenne, à la faveur de sa cinquième place en championnat de France la saison passée. Une première coupe d'Europe dans l'histoire de ce club qui avait accédé à l'élite du basket féminin français il y a seulement deux ans, de quoi avoir les yeux qui brillent et la rage de jouer. 
Vaincre ? Pourquoi pas. "On a nos chances" sourit l'entraîneur, après le tirage au sort de l'Eurocoupe ce 17 août qui permet aux Bretonnes de ne pas croiser le fer avec les redoutables équipes russes et turques. En tout cas, Landerneau va voir du pays avec Fribourg (Suisse), Venise (Italie) et Boom (Belgique) comme adversaires. "On est dans une poule riche et qui peut être accessible. Fribourg, habitué de cette coupe, sera difficile à manoeuvrer. Venise, du solide aussi. Boom, je ne connais pas. Mais on bénéficie d'un bon tirage".


Direction la Suisse, le 14 octobre


C'est en Suisse que les Finistériennes inaugureront leur épopée européenne. Le 14 octobre est encore loin mais déjà bien présent dans les esprits. Entre temps, il y aura une série de matches amicaux et la reprise du championnat de France le 26 septembre chez les nordistes du Saint-Amand-Hainaut Basket.

Mener de front deux compétitions, un autre paramètre à prendre en compte dans la préparation de l'équipe taillée pour enchaîner les matches et gérer la fatigue des déplacements plus longs. "Les temps de jeu des joueuses seront davantage partagés, précise Stéphane Leite. On aura aussi moins de temps pour analyser nos matches, le jeu de nos adversaires. On devra faire tout cela plus vite".

Le public de la Cimenterie devra patienter jusqu'au 21 octobre pour assister à la première rencontre européenne du LBB à domicile, face à Boom. La Fédération internationale de basket (FIBA) émet toutefois une réserve sur le calendrier de ces phases éliminatoires, crise sanitaire oblige. La décision finale sera rendue début septembre. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
basket-ball sport basket eurocoupe