Landivisiau (29) : nouvelle manifestation contre la centrale à gaz

La centrale à gaz de Landivisiau, dans le Finistère, suscite bien des oppositions. Ce samedi près de 1000 personnes se sont retrouvées à nouveau dans la ville pour manifester contre le chantier démarré depuis la fin du mois de janvier.

 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Une nouvelle manifestation contre la Centrale à gaz de Landivisiau a réuni près de 1000 personnes ce samedi, soutenue par de nombreux gilets jaunes du Finistère. Après une prise de parole des collectifs d'opposants au projet, ils ont tous entamé une marche, vers le site. Beaucoup d'entre eux étaient déguisés. Si l'ambiance de début de défilé était plutôt bon enfant, la situation a un peu dégénéré sur place et en fin de manifestation. Une quarantaine de personnes a fait tomber les grilles qui entourent le site et est entrée à l'intérieur, un de ces manifestants aurait été blessé. 
 
 

Début des travaux fin janvier


La Centrale à gaz de Landivisiau devait commencer à produire de l'électricté en 2016, pourtant le chantier vient juste de démarrer, depuis la fin du mois de janvier. Il faut dire que les oppositions sont importantes et les recours nombreux. Depuis un mois des opposants ont tenté à plusieurs reprises de pénétrer sur le site.
 


Une décision du Conseil d'Etat rendue prochainement


Le 13 février dernier le rapporteur public du Conseil d'Etat lors de l'examen d'un recours a estimé insuffisantes les études d'impact. Pour lui, ce recours de l'association Force 5 est fondé, considérant que "les arrêts attaqués portent une atteinte directe aux intérêts de l’association" qui veut protéger l’environnement, et particulièrement la zone Natura 2000 à proximité, qui serait traversée par un gazoduc si le projet arrivait à son terme. Pour les opposant c'est l'espoir de voir le projet abandonné !