Inondations : pourquoi la ville de Morlaix est-elle encore touchée ?

Les rues du centre-ville de Morlaix ont une nouvelle fois été inondées, suite aux importants orages. / © France 3 Bretagne / C. Aubaile
Les rues du centre-ville de Morlaix ont une nouvelle fois été inondées, suite aux importants orages. / © France 3 Bretagne / C. Aubaile

Une nouvelle fois, l'eau est montée dans les rues de Morlaix :  jusqu'à plus d'un mètre par endroits ! Cela s'explique notamment pas la situation géographique de la cité finistérienne.

Par Valérie Chopin


Dimanche soir, la ville de Morlaix a une nouvelle fois été victime d'importantes inondations : "En une demi-heure, on a eu un mois de pluie", témoigne Agnès Le Brun, maire de Morlaix (Finistère) constatant avec impuissance les dégâts causés par l'orage. "La cote de la rivière, qui est normalement de 70 cm, a atteint 1,90 m" complète Martin Lesage, directeur de cabinet du préfet, à l'AFP.

Entre 60 et 80 mm en une heure


Le syndicat mixte de la gestion des cours d'eau du Trégor et du Pays de Morlaix insiste sur le côté exceptionnel de cet épisode : "Il est tombé en une heure, l'équivalent d'un mois de pluie ! explique Clément Le Saux, en charge des programmes d'action et prévention au sein de ce syndicat. Entre 60 et 80 mm d'eau. Résultat : le réseau d'eau pluvial a saturé, ainsi que les galeries souterraines des rivières !"

Une cuvette, entre Trégor et Léon


C'est que la rivière de Morlaix, appellée "le Dosenn" en breton, a tendance à cumuler ! C'est le résultat de la confluence de deux cours d'eau : le Jarlot et le Queffleuth. "Lors de pluies intenses et orageuses, l’essentiel de l’eau tombée va avoir tendance à ruisseler et à augmenter fortement le débit des deux cours d’eau", nous explique Mélanie Bardeau, directrice régionale du service géologique régional BRGM Bretagne.  Au niveau de leur confluence, l’engorgement est rapide !"


Morlaix se situe à la confluence du Jarlot et du Queffleuth dans une vallée très encaissée / © Syndicat mixte pour la gestion des cours d'eau du Trégor et du Pays de Morlaix
Morlaix se situe à la confluence du Jarlot et du Queffleuth dans une vallée très encaissée / © Syndicat mixte pour la gestion des cours d'eau du Trégor et du Pays de Morlaix


Construite dans une vallée encaissée, la ville de Morlaix est donc habituée aux crues. Une cuvette dont le sol ne facilite pas l'infiltration de l'eau. "Le contexte géologique indique la présence de schistes, continue Mélanie Bardeau du BRGM Bretagne. Ces schistes donnent probablement naissance à des sols assez argileux, et donc imperméables, qui vont favoriser le ruissellement des eaux de pluie, plutôt que leur infiltration vers les nappes."

Des crues jusqu'à 1,67 mètre !


La crue de 1974 a marqué les mémoires avec des hauteurs d’eau atteignant près de deux mètres, place des Otages, notamment. Suite à cette inondation, les travaux d’élargissement des galeries ont permis d’améliorer les conditions d’écoulement, sans supprimer complètement le risque d’inondation.

Reportage, lancé par Léon Zitrone, le 15 février 1974 :
Février 1974 : jusqu'à 1,67 m dans les rues de Morlaix
La crue de 1974 a marqué les mémoires avec des hauteurs d’eau atteignant près de deux mètres, place des Otages, notamment.  - France 3 Bretagne / INA


Plus près de nous, durant l'hiver 2013 par exemple, alors que la tempête Dirk s'abattait sur la Bretagne, les villes de Quimperlé et Morlaix avaient les pieds dans l'eau : jusqu'à 1,40 mètre dans la basse ville morlaisienne. Une inondation soudaine et virulente qui avait ébranlé habitants et commerçants à la veille de Noël.

Voir le reportage signé Jean-Pierre Lyvinec et Christian Polet, le 24 décembre 2013 :


Séparant le Trégor (sur la rive droite) du Léon (sur la rive gauche) la rivière de Morlaix présente une autre particularité : elle est en partie souterraine. Alors qu'elle est à peine constituée, la rivière passe en effet sous terre au niveau de l'Hôtel de ville. Un aménagement qui remonte au XVIIIème.

À cette époque, et juqu'au XIXème siècle, un bassin à flot et des galeries souterraines sont construites dans le port et le centre-ville de Morlaix pour aménager des parkings dans le centre alors que le commerce s'y développait.

Goulot d'étranglement


À ce contexte géographique et géologique, s'ajoute une dernière spécificité hydrogéologique : la proximité de la mer ! "Morlaix étant situé dans une baie, si l’évènement orageux survient en période de marée haute, les eaux arrivant du continent vont avoir encore plus de difficulté à s’écouler vers la mer, ce qui accentue le phénomène d’inondation dans les terres, et en particulier dans les points bas", explique Mélanie Bardeau du BRGM Bretagne. Ce lundi 4 juin, alors que nouvelles précipitations sont annoncées, la marée sera haute à 22h35 (coefficient 53).

Pour lutter contre cet effet de "goulot d'étranglement" différents aménagements ont été pensés et en partie seulement effectués. Le syndicat mixte avait lancé un programme pour limiter les impacts de ces crues. Les bassins de ralentissement sont notamment toujours à l'étude.
 
Le programme du Syndicat Mixte du Trégor intègre six modes d’action combinés pour réduire le risque
d’inondation. / © Syndicat mixte pour la gestion des cours d'eau du Trégor et du Pays de Morlaix
Le programme du Syndicat Mixte du Trégor intègre six modes d’action combinés pour réduire le risque d’inondation. / © Syndicat mixte pour la gestion des cours d'eau du Trégor et du Pays de Morlaix




A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus