• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Penmarc'h - Cet amoureux des Solex les collectionne, les répare et les expose dans son musée

Katarina et Jean Pauly sur leurs Solex avant une balade en Pays bigouden (Finistère). / © L.B./France3 Bretagne
Katarina et Jean Pauly sur leurs Solex avant une balade en Pays bigouden (Finistère). / © L.B./France3 Bretagne

Depuis trois ans, Jean Pauly expose dans son musée cinquante cyclomoteurs, dont une vingtaine de Solex. Le reste du temps, il le passe à les réparer et à les utiliser pour des balades en bord de mer avec sa femme.

Par Loïc Blache

C'est une passion qui prend du temps. Du temps qui se compte désormais en années : 20 ans que Jean Pauly collectionne les Solex et quelques autres cyclomoteurs. Tombé amoureux du Pays bigouden (Finistère), cet ancien avocat allemand se souvient : "J'ai acheté une maison à Saint-Pierre. Et c'est en voyant un ami sur un Solex que je me suis dit 'C'est ça qu'il me faut pour me déplacer ici !'."

Il se rend alors dans une brocante où restaient deux Solex. "Je les ai achetés tout de suite. Avec le temps, j'ai appris à bricoler, et j'en ai acquis plein d'autres." Il devient ensuite le propriétaire du lieu de la brocante, qu'il transforme alors en garage-musée.
 

Dans l'antre du Musée du Solex


"À droite, il y a tous les Solex classiques de 1948 jusqu'à 1990", détaille ce passionné en faisant visiter son hangar. "En face, ce sont les concurrents de l'époque : Vélovap, Flandria, Peugeot, Bicizeta... Je les collectionne pour montrer qu'ils ressemblent beaucoup aux Solex : ils ont tous un galet et la plupart a le moteur sur la roue avant."
 

Balades en Solex

Ses journées, Jean les passe à bichonner, nettoyer et réparer ces engins. Des cyclomoteurs qu'il remet en état de marche, parfaits pour se promener sur les routes du Pays bigouden. "Pendant qu'il répare, je vais à la pêche aux homards", raconte Katarina, sa compagne. "Parfois, il passe un peu trop de temps avec ses Solex, mais ça me permet de faire des balades avec lui, alors ça me va." "Le Solex, ça ne roule pas vite et ça permet d'admirer le paysage", continue Jean.

Dans son hangar, qu'il ouvre au public (voir ci-dessous), cinquante cyclomoteurs sont exposés, dont une vingtaine de Solex. Sur les murs se côtoient d'anciennes affiches publicitaires de la marque, des notices mécaniques d'époque, des bidons, des moteurs... Et c'est au fond de cet atelier qu'il répare et entretient ses cyclomoteurs. Des retapes qui durent parfois plusieurs années.
 
Sur le mur du musée, cette notice indique le temps nécessaire pour chaque réparation. / © L.B./France3 Bretagne
Sur le mur du musée, cette notice indique le temps nécessaire pour chaque réparation. / © L.B./France3 Bretagne

Au fil des années, il fait la rencontre d'autres passionnés de Solex. Ensemble, ils se donnent rendez-vous dans son musée à partir du 29 juin pour la "Semaine du Solex" avec, au programme, balades et bricolages.

Le Hangar de Jean est situé 66 rue Pierre Sémard, à Penmarc'h.
Il est ouvert au public les mardis et samedis de 10h à 12h, et les jeudis de 14h à 16h. Gratuit.

Sur le même sujet

Rapport violence prison de Vezin juin 2019

Les + Lus