Basket : le président des Béliers de Quimper demande la suspension des compétitions

Après sept mois loin des terrains de basket, les Béliers de Quimper se faisaient une joie de retrouver leurs adversaires et supporters. Sauf que depuis début septembre, rien n'est simple: jauge limitée, cas positifs au sein de l'équipe... Le président du club a décidé de jeter un pavé dans la mare.

La moitié de l'effectif des Béliers quimpérois étant concernée par le coronavirus, le calendrier 2020-21 est chamboulé.
La moitié de l'effectif des Béliers quimpérois étant concernée par le coronavirus, le calendrier 2020-21 est chamboulé. © Studio JAE - Jacinthe Nguyen

"Comment on gère une équipe avec ça ?" Bernard Kervarec, le président des Béliers de Quimper ne sait plus comment faire. À cause de l'épidémie de coronavirus, il ne cesse de gérer les imprévus. "Comme tout le monde dans ce contexte sanitaire, nuance-t-il, mais tout cela pose plein de questions ! J'aimerais bien que la Ligue s'empare du problème !"
 

"Est-ce bien raisonnable de continuer dans ces conditions ?"


À la tête d'une équipe professionnelle de basket-ball qui évolue en Pro B, Bernard Kervarec a décidé de lancer un pavé dans la mare. Un communiqué, avec des questions, dont celle-là : "Est-ce bien raisonnable de continuer dans ces conditions ?"
 
Depuis le début de la saison, l'équipe professionnelle accumule en effet les matchs reportés pour cause de coronavirus : "Nous sommes à cinq reports, Leaders Cup et championnat confondus. Quand allons-nous jouer tous ces matches ? Le dimanche matin ?..."

Pour l'instant, chaque joueur est tenu de passer des tests tous les lundis. Les résultats sont envoyés à la Ligue Nationale de Basket, qui décide le mercredi, en commission, si les matchs du week-end sont maintenus ou non.

"Ce ne sont pas des robots !"


"Si la décision du comité sanitaire de la Ligue se justifie pleinement, ceci pose néanmoins des problèmes de fond" développe le président des Béliers. Outre les questions de calendrier "passablement surchargé", il s'inquiète pour la santé des joueurs : "Ce ne sont pas des robots !"

Depuis le reprise, sept basketteurs de son effectif ont été contaminés. "Les joueurs ont stoppé les entraînements et la remise en forme nécessite environ deux semaines. Les risques de blessures après une période d’inactivité sont importants." 
 

Quid de l'équité sportive 


D'un commun accord avec leur adversaire, le Basket Nantes Hermine, également concerné par des cas de Covid-19, les Béliers ont déclaré forfait en Coupe de France, faute de créneau disponible avant le prochain tour de cette compétition. "La fédération a compris, nous n'aurons pas de pénalité, mais c'en est déjà fini pour cette année en Coupe" constate le président quimpérois.

Les cas de Nantes et Quimper ne sont pas isolés. D'autres équipes de Pro B comptent aussi des cas positifs, elles se retrouvent donc pénalisées. "Pour l'instant la Ligue considère que si sept joueurs et un coach minimum sont valides, l'équipe peut jouer. OK ! réagit Bernard Kervarec. Mais ça veut dire qu'on se retrouve à affronter des équipes de 10 joueurs. Où est l'équité sportive ? Ce n'est pas homogène..."
 

Avec ou sans public et partenaires


Pour toutes ces raisons, le président des Béliers suggère donc de suspendre la compétition. "Les dirigeants du club pensent, comme d’autres présidents de Jeep Elite, qu’il faut poser la question d’un arrêt temporaire de la compétition, afin de repartir sur des bases saines, et que l’équité sportive soit assurée sans que cela nuise à l’ensemble de nos obligations envers nos abonnés et nos partenaires."

Supporters et partenaires qui sont aussi un peu déçus, pour ne pas dire frustrés, par ce début de saison. Jauge limitée, port du masque obligatoire, mesures sanitaires régulièrement modifiées... Le spectacle n'est évidemment pas le même, tout comme les retombées. "Économiquement, c'est aussi compliqué..." termine le président des Béliers, qui espère maintenant des réponses, à toutes ses questions.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport basket-ball coronavirus/covid-19 santé société