Victime d'incivilités, un élu de Douarnenez démissionne. "Les gens ont basculé dans une forme d'intolérance"

Voiture vandalisée à plusieurs reprises et tags d'insultes qui se multiplient. À Douarnenez, Dominique Boucheron, le premier adjoint de la mairie, jette l'éponge après trois ans de mandat. Il déposera sa démission ce lundi 26 février non sans un profond sentiment d'amertume.

Cela a commencé en 2020 par de la peinture rose étalée sur sa voiture, puis des pneus lacérés à coups de couteau. ça a continué en 2022 avec de profondes rayures réalisées à nouveau sur son véhicule. Deux fois. En 2023, c'est la façade de son domicile qui est taguée, puis sa voiture à nouveau vandalisée, à trois reprises. 

Des vitres brisées pendant les Gras de Douarnenez

Cette liste est celle des incivilités subies par Dominique Boucheron, premier adjoint à la mairie de Douarnenez depuis trois ans. Des incivilités qu'il a énumérées lors du dernier conseil municipal, jeudi 22 février dernier, avant d'annoncer sa décision : Il démissionne de sa fonction d'élu. 

Quelques jours avant, le mardi 13 février, pendant la période des Gras de Douarnenez, il avait découvert son véhicule tagué d'un message "SUV NUL PART". Sa lunette arrière "explosée" tout comme ses vitres latérales. 

"C'est la fois de trop", souffle-t-il aujourd'hui. "Mes enfants et mon épouse ont organisé un conseil de famille et m'ont dit que cela ne pouvait plus durer." Tous craignent que les auteurs de ces incivilités aillent un jour plus loin. Cela fait déjà 18 mois que Dominique Boucheron prend des tranquillisants pour s'endormir. 

"C'est un sentiment de gâchis immense", assure le Douarneniste. À 70 ans, c'était la première fois qu'il s'engageait dans un mandat d'élu municipal, "avec l'envie de faire avancer la ville."

L'esprit d'équipe et le monde associatif ont toujours fait partie de ma vie. Tout jeune retraité, j'ai choisis de m'engager, car j'estimais que faire partie d'une équipe municipale, c'était une sorte de continuité. 

Dominique Boucheron

Premier adjoint à la mairie de Douarnenez

Aujourd'hui, l'élu est rayé de la plupart des compagnies d'assurance. Surtout, il garde de ses trois ans de mandats un sentiment de gâchis : "La porte de mon bureau est grande ouverte, c'est facile de prendre rendez-vous avec moi. On peut ne pas être d'accord, mais en aucun cas, on ne doit viser les humains personnellement.

Conscient qu'il n'est pas le seul élu à subir ces incivilités, il assure : "je crois que j'en veux à cette société qui dérive.

À lire aussi : Voiture de la maire de Plougrescant sabotée. Une enquête ouverte pour tentative d'homicide et menaces de mort

Cette démission, Jocelyne Poitevin, la maire de Douarnenez la regrette amèrement : "En tant que maire, je n'ai aucune envie qu'il quitte sa mission, je lui ai confié plusieurs délégations qu'il assume parfaitement. Mais en tant que femme, que personne humaine, je suis très consciente de son mal-être et je ne voudrais pas être à l'origine d'une dégradation de sa santé en lui demandant de rester.

Une douzaine de plaintes déposée par la maire

Maire de la commune de 1996 à 2001 puis à nouveau en 2020, conseillère départementale depuis 2015 et première femme présidente de Douarnenez Communauté depuis l'année dernière, Jocelyne Poitevin est rompue à l'exercice de la vie politique. Mais depuis quelques années, sa mission lui semble plus lourde à porter. 

Ces trois dernières années, elle a, elle aussi, déposé une dizaine de plaintes. "Je fais moi aussi l’objet d’attaques, des menaces de mort, tags inscrit sur les murs. Mais je n’habite pas en centre-ville, et puis j’ai un peu de métier, j’arrive prendre un peu de recul."

Je ne vis pas le même mandat cette fois-ci que les fois précédentes. Les gens ont basculé dans une forme d’intolérance.

Jocelyne Poitevin

Maire de Douarnenez et présidente de Douarnenez Communauté

"Je ne sais pas si c’est lié à la crise du Covid, mais les gens sont maintenant d'une exigence. Ils n'ont plus que des droits, plus aucun devoir. Les mentalités, les exigences, les réactions... Tout est devenu beaucoup plus violent.

À lire aussiNos concitoyens se croient tout permis"; Agressions, menaces, la maire de La Chapelle Neuve démissionne

Au-delà de la démission de son premier adjoint, Jocelyne Poitevin redoute aussi les conséquences de ces incivilités sur les futurs candidats en 2026 : "Quand on voit ce qui arrive sur les élus, ce n'est pas très encourageant. Six ans de mandat, c'est long, il faut tenir dans le temps. On ne s'engage pas pour être des boucs émissaires, on le fait pour être au service de notre collectivité, pour le bien-être des habitants."

Dominique Boucheron, lui, a déjà préparé sa lettre de démission. Ce lundi 26 février, il assurera pour la dernière fois ses fonctions d'élu.