Transat Concarneau - Saint Barthélémy : les skippers confinés, tout petite ambiance sur les pontons

Ce dimanche 9 mai, 36 marins et 18 bateaux s’élanceront de Concarneau, dans le Sud Finistère, direction les Antilles... En attendant, les quais et le village départ sont désertés, en raison des restrictions sanitaires.

A Concarneau, les pontons accueillant les bateaux de la transat en double sont presque déserts
A Concarneau, les pontons accueillant les bateaux de la transat en double sont presque déserts © Muriel Le Morvan/France Télévision

Dans quelques jours, certains vont vraiment se déconfiner : les 36 skippers qui s’élanceront ce dimanche 9 mai de Concarneau pour la 15e édition de la transat en double, ex-Transat AG2R. Cap sur Saint-Barthélémy aux Antilles.

Ce lundi, les pontons du quai Carnot, qui accueillent les 18 bateaux engagés sont tristement désertés, restrictions sanitaires obligent.


36 marins confinés

Les organisateurs ont suivi les recommandations de la Fédération française de voile et ont également demandé aux 36 engagés de se confiner. 

De surcroît, les skippers devront se soumettre à deux tests : un PCR ce vendredi (7 mai) puis un test antigénique le dimanche matin, à quelques heures du départ. "Nous ne pouvons prendre aucun risque en la matière, ce serait trop dangereux pour leur santé de partir en étant positifs au Covid-19", confie le directeur de course, Francis Le Goff. Il se veut rassurant : "tous les skippers sont consciencieux et personne n’a envie de rester à quai. Je sais qu’ils feront tout pour prendre le moins de risques possibles."
 


Triste ambiance sur les pontons

Sur les pontons, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête. Les allées et venues sont limitées au strict minimum. Les traditionnels échanges avec les partenaires, avec les médias, avec le public, n’auront pas lieu. Les skippers et leur « team » ne pourront accéder à leur bateau que pour le opératons indispensables : charger le matériel de spare, la nourriture, effectuer les vérifications et s’offrir une dernière sortie en mer...

Martin Le Pape (Gardons la vue) qui sera confiné chez lui, tout comme son co-skipper Yann Eliès, confirme :

On va en profiter pour analyser les premiers fichiers météos, faire de l’informatique, être au point sur les contraintes audiovisuelles.

Martin Le Pape, co-skipper de "Gardons la vue" avec Yann Eliès


De son côté, Estelle Greck, en duo avec Laurent Givry (RLC Sailing) souligne qu’ils "auront encore du travail à faire sur le bateau. Ça va nous obliger à y retourner régulièrement mais on fera très attention"

Ce lundi matin, l'organisation a quand même pu accueillir une délégation de partenaires institutionnels.


Des briefings virtuels

Par ailleurs, les skippers auront tous rendez-vous en visio pour le briefing complet ce jeudi matin.
La veille du départ, ils seront à nouveau réunis virtuellement pour un briefing météo avec Météo Consult.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport transat ag2r