• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Vieilles Charrues : la fièvre belge de Balthazar

Balthazar, en début de soirée jeudi, sur la scène Grall / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne
Balthazar, en début de soirée jeudi, sur la scène Grall / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne

Le plat pays qui est le leur prouve, une fois encore, que le rock indé y tient une place de choix. Balthazar n'a pas lésiné, sur la scène Grall, offrant un set généreux et groovy. A l'image du dernier album "Fever". 

Par Carole Collinet-Appéré

Rencontrés quelques heures avant de monter sur scène, Maarten Devoldere et Jinte Deprez affichent un certain flegme et la joie d'être aux Vieilles Charrues. "C'est la deuxième fois que nous venons ici, disent-ils, et c'est un chouette festival. Le public de Bretagne est sympa, ce qui ne gâche rien"

"Plus dansant, plus sexy"

Les deux têtes pensantes du groupe avouent avoir "bien dormi", en se marrant comme les vieux complices qu'ils sont puisqu'ils se connaissent depuis le lycée.

S'ils ont grandi dans l'ombre de Deus, la référence du rock indépendant made in Belgium, ils se sont nourris "de compositeurs plus classiques comme Serge Gainsbourg, Lou Reed ou encore les Beatles, expliquent-ils. La Belgique recèle un nombre incalculable de musiciens dans des genres très différents. C'est très ouvert et éclectique".
 
Jinte Deprez et Maarten Devoldere sont les têtes pensantes de Balthazar / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne
Jinte Deprez et Maarten Devoldere sont les têtes pensantes de Balthazar / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne


Balthazar a su creuser son sillon et affirmer son identité. Un premier album,"Applause" (2010) "plus rationnel", un second, "Rats" (2012), "fabriqué avec le coeur", un troisième, "Thin walls" (2015),"qui vient des tripes" et le quatrième, "Fever", qu'ils disent avoir  écrit "avec leurs hanches".

Ce dernier opus est de loin le plus groovy. "La guitare basse est très en avant, précise Jinte Deprez. On flirte avec l'indie pop. Cet album est plus dansant, plus sexy". Et moins mélancolique que que ce à quoi Balthazar nous avait habitués jusque-là.

Sphère à part


Quand ils montent sur scène, en début de soirée, les Belges accrochent le public. Il y a ceux qui connaissent les chansons par coeur et hurlent les paroles. D'autres qui découvrent, hésitent, finissent par rester.

Un concert bien huilé qui sonne comme une invitation à voyager dans une sphère à part. Entre morceaux enlevés et titres plus sombres.
 
Balthazar sur la scène Grall, devant un public qui s'est laissé emmener / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne
Balthazar sur la scène Grall, devant un public qui s'est laissé emmener / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne

Avant de quitter Kerampuilh et le Finistère ce soir, Balthazar a quand même bien l'intention de profiter un peu de la fête. Un petit détour par le concert de Flavien Berger à 22h est au programme.

"Il nous intrigue depuis un moment, ce gars" lâchent-ils. Un artiste estampillé poète psychélectro funambule par les Vieilles Charrues. De quoi piquer la curiosité des deux Belges.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Interview François Floret

Les + Lus