Vieilles Charrues : “tous les ans, surprendre les gens”

Pendant les Vieilles Charrues 2018, le public toujours au rendez-vous / © Fred Tanneau / AFP
Pendant les Vieilles Charrues 2018, le public toujours au rendez-vous / © Fred Tanneau / AFP

Pllus que cinq jours avant le coup d'envoi des Vieilles Charrues, une 28ème édition placée sous le thème du carnaval. Alors que le décor et les scènes s'installent, le festival veut continuer à surprendre. 

Par E.C

"Tous les ans on doit surprendre les gens". Jérôme Tréhorel directeur des Vieilles Charrues est dans les starting blocks pour cette 28ème édition. Le premier festival de France, avec 70 000 spectateurs par jour continue de tracer son sillon.

Il débute le 18 juillet prochain avec une programmation qui prend en compte le public, joue les chocs intergénérationnels sans se priver de la tendance. "Il en faut pour tout le monde, c'est l'ADN des Vieilles Charrues. Les plus jeunes emmèneront peut-être les plus vieux voir Aya Nakamura. Les plus vieux entraîneront peut-être les plus jeunes au concert de Tears for fears."  Jérôme attend impatiemment tous les artistes mais concède un coup de coeur, Tamino (dimanche 21 juillet), "une petite pépite". 

À cinq jours de l'ouverture des portes, les décors sont presque en place. Sur le site, les équipes s'activent.
 

Le stand "Paroles"


Nouveauté pour cette édition, un stand d'échanges "Paroles" ouvert aux filles et aux garçons, tenu par des associations autour des questions liées aux agressions sexuelles, comportements appropriés ou non. "Tout le monde doit pouvoir faire la fête l'esprit tranquille" indique Jérôme Tréhorel. Alors que certains événements ont récemment vu des plaintes pour viol, la sécurité reste un enjeu majeur. "Nous avons pris des mesures depuis des années, même avant les attentats, au-dessus des mesures imposées par la préfecture car nous avons une énorme responsabilité." 

Le site possède une vingtaine de caméras de surveillance. Les agents de sûreté, 750 au total sont sensibilisés et formés ainsi que les équipes du festival, y compris les bénévoles. La vigilance est de mise avec une communication sur le consentement, pendant les quatre jours. 

En cas de violences sexuelles, il existe déjà un protocole aux Vieilles Charrues, permettant une réaction rapide, en lien avec les gendarmes. 
 

Jérôme Tréhorel rappelle que toutes les suggestions en matière de sécurité sont les bienvenues : "les festivaliers peuvent nous dire où il faudrait plus d'éclairages par exemple." 


5 jours ? 


Les Vieilles Charrues pourraient-elles s'étaler sur cinq jours ? Rien n'est fait. Rien n'est joué. Tout dépendra "de la maîtrise du terrain", "ce qui serait bien c'est d'avoir un terrain dont on profiterait tout l'année." souligne Jérôme Tréhorel. Des discussions sont en cours avec la mairie de Carhaix, propriétaire des lieux. Le cinquième jour serait surtout une manière de suivre l'évolution structurelle des festivals et des artistes. Comment attirer ceux qui désormais ne jouent plus que dans les stades ? Affaire à suivre...




 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus