Grandes marées : la pêche à pied est-elle autorisée si on habite près de la mer ? Ça dépend des départements semble-t-il

Ce week-end du 14 novembre, les grandes marées s’invitent sur le littoral. Pourra-t-on aller pêcher malgré le confinement si on habite près de la mer ? En Ille et-Vilaine et dans les Côtes d’Armor, les préfectures ne semblent pas complètement sur la même longueur d’onde.

Pêche à pied dans l'Aber Wrac'h
Pêche à pied dans l'Aber Wrac'h © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Avec des coefficients supérieurs à 100, les grandes marées débutent ce samedi 14 novembre en Bretagne. Avec le confinement, la quasi-totalité des amateurs de pêche à pied devraient rester sur leur faim. La quasi-totalité, mais pas tous. 


Pêche à pied interdite en Ille-et-Vilaine...


Dans un communiqué ce 13 novembre, la Préfecture d’Ille-et-Vilaine rappelle que "dans le cadre du confinement imposé en raison de la situation sanitaire, la pratique de loisir des activités nautiques, de plaisance, de plongée et de pêche à pied est interdite".

"L’accès au littoral est possible, ajoute la Préfecture, sans rassemblement, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, pour exercer des activités physiques individuelles, se promener avec les seules personnes regroupées dans un même domicile ou pour sortir les animaux de compagnie.

"En revanche, la pratique de loisir des activités nautiques, de plaisance, de plongée et de pêche à pied ne constitue pas un motif de déplacement dérogatoire. Elle est donc interdite".

 

Autorisée dans les Côtes d'Armor, si vous habitez à moins d'un km de la mer  


Dans les Côtes d’Armor, le coefficient de sévérité semble légèrement différent. Et si on habite tout près de l'estran, on aura le droit de taquiner, vite fait, le coquillage.   

Ici, la Préfecture rappelle également que "les déplacements sont interdits, sauf pour se rendre au travail, pour effectuer des achats de première nécessité, se soigner, ou encore pour motif familial impérieux. Et qu’à ce titre, la pratique de la pêche à pied, ne constitue pas en soi un motif de déplacement autorisé".

Mais elle ajoute : "En conséquence, la pêche à pied ne peut donc être pratiquée durant le confinement que dans le cadre exclusif des déplacements brefs, au titre d’une sortie autorisée à titre dérogatoire, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, dans le cadre d’une promenade faite seul ou avec les membres de sa famille". 

 
 
On notera quand même qu'avec une heure maxi, aller-retour compris, le pêcheur à pied costarmoricain, devra être efficace.  



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société mer nature littoral environnement sorties et loisirs confinement