Grève du 5 décembre : retour sur les manifestations à Rennes et à Brest et Saint-Brieuc

"Macron, la retraite c'est pour toi ! On assurera l'intérim", plus de 10 000 manifestants à Rennes pour ce 5 décembre / © M.A Mouchère - France Télévisions
"Macron, la retraite c'est pour toi ! On assurera l'intérim", plus de 10 000 manifestants à Rennes pour ce 5 décembre / © M.A Mouchère - France Télévisions

Le mouvement social touche toute la région, des manifestations prennent place dans les villes bretonnes. Les secteurs privés et publics sont touchés par ces mobilisations contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement. 

Par La rédaction


Les manifestations sont terminées. La participation aura été forte. Selon la CGT, 77 000 personnes ont manifesté dans la région, dans les 19 rassemblements organisées. "Les nombreuses grèves dans les secteurs privés et publics, dans les entreprises pourvues ou pas d’organisations syndicales démontrent l’état d’urgence auquel devront répondre les pouvoirs qu’ils soient privés ou publics. Si le gouvernement porte des responsabilités lourdes dans une exaspération toujours plus forte, le patronat n’est pas en reste, particulièrement en Bretagne."

Paroles de manifestants à Saint-Brieuc : "C'est flou, y'a rien de concret là-dedans, ils amusent un peu le peuple avec ça" dit Fernand.

 

Je toucherais 380 euros de retraite (Sabrina, manifestante à Saint-Brieuc)


"La retraite à points non, parce que de nouveau on va refavoriser des gens qui ont les moyens de vivre tous les jours et pas forcément des gens comme nous qui tous les jours allons travailler, à perte." 

"Pour la retraite, je pense qu'on ne peut qu'être inquiet", dit Matthias, lycéen à Saint-Brieuc qui veut une convergence des luttes. 


A Brest, la mobilisation s'est déroulée dans le calme. Selon les syndicats elle aura vu la participation de 15 000 personnes, 10 700 selon la police. 


15 h : les manifestants à Rennes sont repoussés par la police.


A Rennes, la situation se tend, des manifestants se heurtent aux forces de l'ordre qui sortent le canon à eau. 


Le défilé à Saint-Brieuc a démarré à 14 h 


13 h : la grève reconduite dès demain. La manifestation a attiré 13 000 personnes à Rennes selon les syndicats. "C'est une des plus grosses manifestations, c'est certain, bien plus qu'en 2016, on va atteindre bientôt le niveau de 1995 où on avait obtenu le retrait du fameux plan de Juppé-Notat, et là on veut le retrait du plan de Macron-Berger. On ira jusqu'au bout. Ça commence aujourd'hui dans la rue mais ça doit continuer en assemblées générales et en grèves, reconduite dès demain, c'est ça qui nous importe."


Sur le parcours à Rennes, des dégradations sont commises sur les vitrines. Des poubelles sont incendiées.


12 h 50 : "C'est mourir au travail ce que l'on nous propose"

À Brest, Laure : "Je fais partie des personnes qui ont commencé à travailler tard. Je suis rentrée dans l'emploi j'avais 23 ans. Je suis titulaire d'une maîtrise de Lettres. Je suis rémunérée 1500 euros. J'ai démarré à 1200. Cela fait 16 ans que je suis dans la même entreprise. Si je veux avoir une retraite à taux plein, il faudrait que je travaille jusqu'à l'âge de 72 ans. D'après mes derniers calculs. "
 

Cela fait bien 15 ou 20 ans que je n'ai pas manifesté. Mais que ce soit la réforme du lycée ou la réforme des retraites, c'est impossible de laisser passer ça. (Tim, enseignant à Brest)


12 h 30 : rencontre avec des aides-soignants dans le cortège. "A l'hôpital, il y a eu énormément des lits de fermés, des restructurations, moins de personnel. On se rend compte qu'aujourd'hui les urgences sont engorgées. Il n'y a plus de lits. Donc il faut vraiment qu'Agnès Buzyn débloque plus que ces petits millions...Il en faut plus."

Présence des pompiers également à Brest. Au-delà de la réforme des retraites, les pompiers veulent attirer l'attention sur la reconnaissance de leur métier qui implique la revalorisation de la prime de feu. Le manque d'effectifs est également dénoncé comme ici par Fabrice.
 

Les pompiers sont présents dans la manifestation à Rennes. En grève depuis le mois de juin, ils affichent aussi leurs inquiétudes concernant leurs retraites.

12 h 10 : A Rennes, les deux groupes manifestent de chaque côté des quais. 

À Brest, la manifestation démarre rue de Siam. 

12 h : à Rennes, le cortège prend une autre direction que celle prévue par les syndicats. Il se scinde. Un groupe rebrousse chemin le long des quais. 

Le cortège rennais est dense, avec de nombreux corps de métiers.  

11 h 45 : les Brestois sont aussi mobilisés. "Mettons KO la retraite par points d'Emmanuel Macron" peut-on lire sur les banderoles. 

11 h 30 : le cortège se déplace dans le centre-ville de Rennes. Au slogan "Aha, anti, anti-capitalistes !" La tête de cortège est dominée par des jeunes, certains au visage camouflé. Les syndicats annoncent environ 10 000 manifestants. 
 
11h : La manifestation démarre avec du retard à Rennes. La manifestation déclarée est partie de l'esplanade Charles-de-Gaulle à 10 h 30 mais des jeunes aux visages dissimulés se sont placés en tête de cortège.

Dans tout le pays, des manifestations sont prévues dans les villes à l'appel des différents syndicats. À Rennes, dès le petits matin, des actions étaient prévues, les forces de l'ordre sont notamment intervenues à Alma à la suite d'une tentative de blocage. 
 

La France semble endormie ce jeudi au petit matin. Environ 90% des trains sont à l'arrêt, plus de la moitié des écoles restent fermées, et nombre de salariés du privé comme du public sont en grève.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus