Accident de chasse en Ille-et-Vilaine : "Une erreur humaine ou la faute à pas de chance"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Colin

Un chasseur âgé de 70 ans est en garde à vue après un coup de feu accidentel qui a grièvement blessé un conducteur sur la RN137 le 30 octobre. La fédération des chasseurs d'Ille-et-Vilaine se dit bouleversée. Un collectif parle de son côté d'insécurité totale.

Un homme a été grièvement blessé le 30 octobre alors qu'il conduisait sur la N137 entre Nantes et Rennes. Âgé de 67 ans, il a reçu une balle dans le cou, de calibre 9, 3 mm. Au moment de l'accident, une battue au grand gibier se déroulait aux abords de la quatre voies.

Un homme gardé à vue sera présenté à un juge d'instruction

Les premières investigations des gendarmes ont entraîné le placement en garde à vue d'un chasseur, un retraité d'environ 70 ans. Cette garde à vue était toujours en cours ce dimanche. Selon le procureur de la République, celui-ci sera présentée demain matin à un juge d’instruction. Le parquet va requérir, auprès du juge d’instruction, une mise en examen pour blessures involontaires lors d’une action de chasse, causées par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence.

Le procureur précise que "l’état de santé du conducteur inspire toujours les plus vives inquiétudes, le pronostic vital restant sérieusement engagé". 

Au lendemain de cet accident, le président de la fédération de chasse d'Ille-et-Vilaine André Drouard se dit bouleversé par cet événement. "J'ai une pensée profonde pour ce monsieur qui a pris cette balle. On ne peut pas rester insensible à un tel accident. Je lui souhaite de se rétablir le mieux possible", dit-il. 

"Une erreur humaine ou la faute à pas de chance"

André Drouard n'était pas présent lors de la battue. Il attend aussi les conclusions de l'enquête. Il sait cependant "qu'un animal est sorti du bois et un chasseur l'a tiré. Le tir a eu lieu à 500 mètres". Il désigne l'environnement autour de lui, la présence de nombreux arbres et s'interroge. "Comment est-ce possible qu'une balle ait pu arriver dans une voiture, dans la gorge de quelqu'un. Il s'est passé quelque chose... Est-ce un ricochet ? Cette balle aurait dû être stoppée"

Il rappelle qu'un arrêté de sécurité publique régit l'usage des armes à feu. "On ne doit pas tirer à travers et en direction des routes ou des chemins ouverts au public dans la mesure où ils sont à portée d'arme à feu". "La réglementation elle existe, des consignes sont données à chaque battue, avec des interdictions. Les outils sont là, mais on s'expose aussi à une défaillance du facteur humain".

"Il va falloir être encore plus stricte avec nos chasseurs et avec nos responsables locaux. Il ne faut pas qu'ils aient peur d'exclure tout individu qui leur semble douteux ou dangereux "

Je serais très en colère après ce tireur si véritablement il a commis une erreur, nous faisons des formations sur la sécurité. La chasse est un loisir, il faut s'abstenir de tirer lorsqu'il y a le moindre risque. 

André Drouard, président de la fédération de chasse d'Ille-et-Vilaine

Une insécurité totale dénoncée

Gwen, membre du collectif Forest Shepherd Bretagne exprime sa colère. "Nous on est choqués pour ce monsieur et ses proches. On considère que cela aurait pu être évité si la mairesse et les autorités avaient pris conscience de ce qui s'est passé il y a quelques semaines lorsque des chiens de chasse ont débarqué dans un lotissement à Laillé et ont dévoré deux chats sous les yeux des habitants. Ne pas refuser la plainte de la propriétaire et prendre un arrêté aurait peut-être évité ce drame". 

Le collectif souhaite en effet qu'un arrêté clair soit prononcé pour éviter les tirs proches des zones d'habitation ou de circulation. "On voit bien qu'on est dans une insécurité totale", relève Gwen. Pour elle le débat doit même aller plus loin et porter sur l'utilité réelle de la chasse. 

En Haute Savoie c'est un promeneur qui a été grièvement blessé jeudi par un tir de chasse. Le candidat écologiste à l'élection présidentielle Yannick Jadot souhaite que la chasse soit interdite le week-end et pendant les vacances scolaires. "Trois quarts des personnes qui vivent dans la ruralité n'osent pas aller se promener le dimanche" a-t-il déclaré